De sources concordantes, les régions du Borkou Ennedi et Tibesti sont devenues de zones de grandes insécurités, de grands banditismes, le plus souvent à cause des méthodes des soldats de l’armée dite régulière. Plusieurs bandits arrêtés affirment pendant leurs interrogatoires qu’ils appartiennent à un corps de l’armée régulière établi au nord.

Cette situation créée un malaise au sein de la population qui se retrouve être prise en otage par des hommes au sein de l’armée, qui sont devenus des coupeurs de routes et des bandits. Il ne peut y avoir des hommes armés avec du matériel militaire lourd, si ce n’est ceux de l’armée tchadienne.

Ladite situation pousse le syndicat des transporteurs à prendre une position de principe, et les transporteurs de passagers et des biens qui empruntent les routes du Grand Nord ont décidé de se mettre en grève pour dénoncer cette insécurité qui cible les habitants du BET (Borkou-Ennedi-Tibesti) dans son ensemble.

Depuis une semaine, dans le centre-ville de Faya-Largeau, les commerces ont fermé pour protester contre cette situation de banditisme organisé, et l’arrestation d’un chef de canton Donza (Hassan Kalibou) qui a dénoncé cette situation, l’attribuant aux soldats de l’armée tchadienne, et que l’autorité centrale ne daigne prendre une décision républicaine. Son arrestation par les autorités est un déni de justice, clame-t-il.

Tchadanthropus-tribune

595 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire