Le Gouvernement de transition a donné suite aux événements qui plongent le Tchad dans une coupure d’internet et du réseau téléphonique. C’est à travers un communiqué signé ce 12 août par son ministre de la Communication, Abderaman Koulamallah.

Réaction attendue, réaction obtenue. Le ministre de la Communication, Abderaman Koulamallah, a donné des précisions après la perturbation du réseau sur l’étendue du territoire national. C’est « une coupure de la fibre optique au niveau du Cameroun et du Soudan ont privé le Tchad d’Internet depuis ce matin à 10 heures », lit-on dans le communiqué, sans détails sur le contexte de la panne.

Argument soutenu par SudaChad, la société gestionnaire du réseau à fibre optique. Pour elle, c’est une « pannes techniques à partir des sources de connexion venant du Cameroun et du Soudan ».

Il faut le rappeler, ce n’est pas la première fois que le Tchad plonge dans une perturbation pareille. En 2021, le réseau internet a été coupé plus de deux fois sur le territoire.

Le réseau internet a été rétabli vendredi au Tchad après plusieurs heures de fortes perturbations, selon NetBlocks, un site basé à Londres qui observe les blocages d’internet à travers le monde.

« L’accès à internet a été rétabli après 5 heures de perturbation », a tweeté NetBlocks, précisant que la connectivité était tombée à 25% de son niveau normal. « Les autorités ont attribué l’incident à un problème technique du réseau de fibre optique entre le Cameroun et le Soudan », a affirmé NetBlocks.

« Le réseau est très perturbé depuis 10H00 (09H00 GMT) mais nous ne savons pas quelles en sont les raisons », avait signalé depuis la capitale tchadienne N’Djamena un journaliste de l’AFP.

En février 2021, le réseau internet avait été délibérément coupé par les autorités à N’Djamena lors de la tentative d’arrestation d’un opposant, Yaya Dillo Djerou, qui s’était soldée par la mort de plusieurs personnes.

En 2018, internet ne fonctionnait pas dans la capitale alors que la société civile voulait organiser une manifestation, interdite par les autorités, contre le président Idriss Déby Itno, arrivé au pouvoir par les armes en 1990.

En 2016, lors de l’élection présidentielle, la connexion au réseau avait également été perturbée.

Le Tchad, pays enclavé d’Afrique centrale d’environ 16 millions d’habitants, est le troisième pays le moins développé au monde selon l’ONU, avec plus de 40% de la population qui vit sous le seuil de pauvreté.

En avril 2021, Idriss Déby a été tué en se rendant sur le front pour lutter contre des rebelles partis de Libye.

L’ancien homme fort du Tchad a été remplacé par son fils, Mahamat Idriss Déby Itno, qui dirige le pays à la tête d’un Conseil militaire de transition (CMT) composé de 15 généraux fidèles à son père.

Tchadanthropus-tribune avec Amnesty-International

1221 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire