Pendant plusieurs années, il a joué à cache-cache avec la justice. L’impunité qu’il a acquise sous le régime d’Idriss Déby a fini par tomber.

Certainement cela doit être de trop.

Brahim Wang Laouna Foullah, son simple patronyme lève le poil de la jeunesse sportive du Tchad. Pendant longtemps, son nom a été associé avec ceux qui ont détourné et déposséder les Tchadiens partout où il a exercé une responsabilité. De la fédération nationale de football, jusqu’à la mairie où il a exercé malgré les avertissements le rôle de maire de la ville de N’Djamena, Foullah a été indexé par ceux qui ont collaboré avec lui.

Aujourd’hui les affaires le rattrapent, grâce à une plainte de l’inspection générale de l’État.

Que la justice pour une fois soit exemplaire, et que les autres malfrats qui ont saigné ce pays soient aussi interpellés. Il n’est pas le seul voleur de ce pays.

D’après nos sources, il est déposé à la maison d’arrêt sur plainte de l’Inspection générale d’État, et ce n’est pas le tchadien jaloux de la bonne gouvernance qui va le plaindre.

Tchadanthropus-tribune

1069 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire