Le chef de bureau de la douane de Kalaït, un certain Tom Moura, défie l’autorité de l’État, en faisant un bras de fer avec la population, qui exige son départ. À cause son comportement incivique, depuis plus de six (6) jours le marché de Kalaït est fermé ainsi que les agences de transport.

Nous soutenons indéfectiblement la population de la ville de Kalaït, département de Mourtcha dans la Région de l’Ennedi Ouest. Depuis plus d’une semaine un bras de fer entre la population et le chef de bureau de douane, un certain Tom Moura, proche de l’actuel directeur général de la douane. La population a exigé sa démission de bureau de douane de Kalaït, parce qu’il ne se conforme pas à l’esprit des textes régissant les activités douanières. Il pratique des activités peu orthodoxes, qui ne cadrent pas avec ses attributions. Il a mis en place une mafia institutionnalisée en étroite complicité avec le directeur général de la douane Mr Beguéra, dans le but de spolier la population, de manière exorbitante. Pour en découdre avec ce désordre soutenu par le directeur général de la douane, que la population de Kalaït s’est donnée corps et âme pour déboulonner ce chef de bureau intouchable, qui arnaque les pauvres citoyens en taxant les têtes de bétail qui circulent entre les villes du BET. Et pourtant, la taxation des têtes de bétail, est spécifiquement pour l’exportation mais jamais dans le cadre de commercialisation entre les villes du Tchad.

Il a été nommé par Beguéra pour piller les recettes douanières, depuis qu’il est nommé, il exerce ses activités de manière extrajudiciaire, en donnant la TVA comme il lui semble bon. Il a une intention maléfique de saigner les recettes, en encaissant dans son gosier avec son parrain Beguéra. Il étrangle l’économie de la ville en faisant primer sa cupidité chronique et héréditaire sur l’intérêt général. Dit-on que le chef de bureau, constitue un repaire pour les malfrats qui opèrent dans les Régions de grand nord, ils les ravitaillent. Ce qui déçoit chez les commerçants locaux, ils leur exigent un prix excédant à la TVA sur les marchandises. Il est devenu pour la ville, un obstacle quotidien, asphyxiant l’économie. Il est au-dessus de la loi, il ne collabore pas avec les premières autorités de la région, il se croit tout permis avec son petit dieu Beguéra. Sa responsabilité népotique à la tête de la douane de département de Kalaït, constitue un épouvantail pour la bonne marche de l’économie. Jusqu’à l’heure où je vous écris, il défie toute la région de rester inamovible, pour mener ses activités avec son humeur. Les institutions de l’État sont partagées comme des butins de guerre, c’est normal que nous rencontrions ces difficultés face aux héritiers des régies financières.

Le marché de Kalaït est fermé depuis six jours d’affilée, l’économie est stagnée par la grève de la population, demandant le départ définitif de chef de bureau. Toutes les boutiques, qui sont disséminées dans la ville aussi, sont fermées, c’est une paralysie générale. Si les mesures sanctionnant cet énergumène, ne tomberont pas vite, la population souffrira davantage. La population observe rapidement, un sit-in jusqu’à son changement à la tête de la douane de Kalaït. Nous avons constaté qu’il y a une absence totale de l’autorité de l’État, sinon un individu ne doit jamais résister à ébranler une économie de la ville, qui afflue dans la recette. Il serait facilement suspendu par les autorités locales, si son parrain n’en décide pas de le suspendre, il en engage aussi la responsabilité de ministre des Finances, il devrait agir pour apaiser la vive tension mais malheureusement pour quelle raison, il a gardé le silence.

Nous prenons en témoin l’opinion nationale et internationale, des conséquences qui découleront instantanément de cette inertie maintenue par l’actuel directeur général de la douane, Monsieur Beguéra.  En cas où des déconvenues fâcheuses s’abattront sur la population, c’est la responsabilité de directeur général de la douane sera engagée, parce que bien lui, qui enfonce dans cet enlisement. Le Directeur Général de la Douane, a une haine venimeuse pour la communauté Touboue, nous gardons aussi des souvenirs néfastes de sa part, en plus il veut rajouter encore d’autres situations macabres au sein de la grande communauté Touboue. Pour Beguéra le Grand Nord est devenu sa zone de razzia, c’est une chasse gardée pour lui, il positionne ses pions pour piller les recettes. Il est inadmissible que nous laissions faire, nous avons assez observer impuissamment, cependant nous allons lui barricader la route. Nous avons aussi appris dans la foulée, il est allé intimider le ministre des Finances, en ce moment, il se comporte au-dessus de son Ministre hiérarchique dans le cadre de leurs activités professionnelles.

Dans les heures qui suivent, la population, veut passer à la vitesse supérieure pour leurs légitimes revendications. Nous sommes constamment en contact avec les populations, pour les apaiser afin de ne pas se faire emporter par la colère, pour que les revendications soient pacifiques jusqu’à la satisfaction totale. Ensemble nous menons des démarches ébauchant l’injection de cette gangrène, qui régresse l’économie de la ville et qui contribue à semer la désolation.

Ordjei Abderahim Chaha, Président de RAJET.

596 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire