En prônant la 4e république et instaurer un régime hyper présidentiel, Idriss Déby devient le 1er fusible aux yeux des Tchadiens. Dorénavant, il ne pourra plus se targuer de jeter la faute sur les autres. Il ne pourra plus se dérober des responsabilités, des injustices, de déni de droits de l’homme, et de mauvaise gouvernance comme ce qui fut en 28 ans de pouvoir. Il sera ce fusible direct et doit assumer les conséquences.

 

Le régime présidentiel qu’il veut mettre en place, balaye toute espérance d’alternance politique, de démocratie quant au partage du pouvoir, tant bien qu’avec le régime MPS le 1er ministre est un ambivalent, une espèce de caution à faire l’abstrait. Un 1er ministre au Tchad depuis 1990, est celui qui exécute les décisions du prince, d’Idriss Déby en personne. Il n’a jamais été libre de constituer à lui seul son équipe et son gouvernement, non plus il ne peut asseoir une politique par laquelle il est responsable devant l’Assemblée nationale. Le garçon de courses laisse place nette à l’homme du pouvoir qui sera responsable devant la nation.

 

Pour s’y faire, plusieurs interrogations se posent. Comment délaisse-t-on une habitude voulue et instaurée depuis 28 ans  de pouvoir ? Pourrait-il s’entourer des hommes et femmes ayant l’amour de la patrie, qui puissent travailler pour le pays et le peuple ? Sans penser toujours à l’enrichissement illicite ? Une espèce de gymnastique difficile à promouvoir, car l’habitude est une seconde nature.

 

Idriss Déby devra penser et refaire les piliers de la justice et ses méandres de corruption. Il devra aussi toiletter la fonction publique, les compétences et les faux diplômes, ériger un corps d’armée apolitique, et surtout savoir mettre tous les Tchadiens au même niveau. Le slogan qui est fait et dit à outrance qu’Idriss Déby ménage ses parents, favorise ses parents, ne fait pas appliquer les lois contre ses parents, au-delà de ces diadèmes de termes, à ce moment les Tchadiens aviseront, mais sans preuve aucune, aucun tchadien ne peut donner un chèque en blanc à un président ou un régime qui n’a su qu’établir les forfaits de la médiocrité.

 

Face à tous les actes posés, dorénavant Idriss Déby sera le seul fusible face au peuple tchadien.

 

Face à un régime hyper présidentiel avec un pouvoir concentré, il sera sans équivoque le seul responsable devant la nation. Qu’il sache s’entourer des hommes et femmes dont les références idoines sont les compétences et le travail bien fait.

 

Notre peuple est meurtri pendant toutes ces années par les faits du MPS et son président. Il faut savoir le dire sans connivence aucune, avec la droiture des principes, toute une génération à profiter en étudiant au plus près Idriss Déby, ils l’ont apprivoisé et dompté. Pour certains, croyant lui assurer une protection au pouvoir, alors que d’autres profitant du système, ils l’ont dépecé et signé l’arrêt de mort de l’État. Tel est présenté ce tableau.

 

Saura-t-il changer pour ériger l’autorité de l’État ?

 

Pour le faire, au-delà des calculs politiques, il faut aimer ce pays. Mais rien que ça, beaucoup passeront à travers. 4e république ou pas, le temps nous dira, et toute une génération, nouvelle ou ancienne sera à l’observatoire.

 

 

Tchadanthropus-tribune

 

1400 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article