Les travaux du PND se sont achevés vendredi en fin d’après midi à Paris dans l’enceinte du Méridien encensé par un résultat fort éloquent. Les déclarations d’intentions, les promesses sont au-delà des objectifs affichés. Des résultats qui n’effacent en rien les appréhensions et les doutes qui taraudent l’esprit des Tchadiens, à savoir l’aspect mauvaise gouvernance, mauvaise gestion, corruption et détournements. Beaucoup de Tchadiens se disent “Est-ce que ce sera comme la gestion calamiteuse du pétrole ? “. Le pays sera endetté à quelle échelle ? Car certains bailleurs sur place ne sont pas là par amour du Tchad, mais par appétit de profit.

 

Donc le PND avait commencé comme il a fini. Dans les coulisses, un tohu-bohu total, plus que la moitié des Tchadiens présents au Méridien n’avaient pas à être là. Il faut dire qu’au pays, les gens sont habitués à l’affichage. Vouloir être dans les fastes des événements sans expertise, ni forfait, des morganatiques pur et dur. Certains entrepreneurs analphabètes pensaient venir récolter illico de l’argent, bon de commande en bandoulière. D’autres demandent à leur voisin de table de leur lire et expliquer les documents en leur possession, bigre quelques-uns (comme ce chef de parti et entrepreneur) se sont même permis de se battre en pleine salle. Certains encore, pensaient que la banque mondiale prenait en charge leur séjour, ils furent éconduits par le comité d’organisation. Sur plus de 300 personnes venues du Tchad la banque mondiale a pris en charge qu’une quarantaine de participants, tout le reste est prié d’aller ailleurs, chassé tels des malpropres. Le 06/07/08 septembre 2017, le Méridien étoile grouillait du monde, la chaleur des lieux n’est pas loin du marché “Château rouge “ de Barbès. Certains en turban, habits traditionnels, d’autres en costumes hors mesures genre croquis de dessin, plusieurs n’avaient rien à faire si ce n’est du copinage, et la débauche. Le hall de l’hôtel était le lieu où certains pensaient faire des affaires, du sexe, et de la désinvolture.

 

Côté travaux, il y a ceux qui étaient réellement venus faire le travail, la mission pour laquelle ils étaient venus faire, ils sont infimes, mais bien là à réussir leur PND. La délégation du ministère du plan et économie et ses techniciens, le président de la chambre du commerce et les vrais entrepreneurs. Bien parallèle aux délégations le groupe GRAP (groupe de réflexion et d’approche politiques) participait aux questions et conseils oraux et y amenait sa pierre à l’édifice.

 

Les travaux furent terminés avec des slogans de succès pour les uns, et des doutes pour certains quant aux grandes annonces et les intentions, et plus tard leur concrétisation. Mécontents sont ces entrepreneurs n’ayant rien préparé, habitués au copinage, et qui se sont retrouvés sans rien. Une centaine rentreraient bredouilles, salives et insultes.

 

En foulant le tarmac du Bourget à son retour, Idriss Déby devrait se dire que la mission du PND est accomplie, mais il devra aussi se dire qu’entre les déclarations d’intentions et la réalisation des projets, il y a fort à faire. Nettoyer les nids des voleurs, tranquilliser le peuple tchadien, ré convaincre les bailleurs sur la bonne gestion et réalisation des projets, combattre réellement la corruption et les détournements de deniers publics et donner des gages de garanties à ceux qui amèneront l’argent. Sans cela rien ne sera facile. Entre temps tous les yeux sont tournés vers les Émirats arabes unis. La position du Tchad vis-à-vis du Qatar y jouera certainement un rôle, d’ici là les tchadiens observeront avec acuité ce qui se passera… À suivre.

 

Tchadanthropus-tribune

 

2288 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article