• Monsieur le Gouverneur,

 

Permettez-moi de vous adresser en quelques lignes pour vous faire part de mon ressentiment en tant que citoyens tchadiens d’abord et puis en tant que ressortissant de la région du Batha et fils du Canton Djurdjura (Ati rurale). Il est à noter que le canton Djurdjura existait avant l’indépendance avec ses chefs de canton qui se sont succédé les uns après les autres selon leur arbre généalogique et cette succession continue et continuera. Il a été reconnu par un décret présidentiel No : 2370/PR/PM/MAT/2015 du 08 décembre 2015 et avait un chef de canton en fonction qui a remplacé son père défunt.

 

Permettez-moi aussi de vous rappeler que derrière cette fonction de Gouverneur, vous êtes le représentant immédiat de toute la République, du Président de la République jusqu’aux citoyens dont vous êtes désigné à les servir sans discrimination. Vous êtes aussi le représentant direct du ministre de l’Administration du Territoire ainsi que le reste des membres du Gouvernement.

 

 

Monsieur le gouverneur, avec tout le respect que je vous dois, je voudrais d’abord vous ouvrir le cœur d’un cadre de la région du Batha en général, et en particulier du Canton Dourdjoura (Ati rurale), et celui du Département de Fitri. Vous m’avez doigté à plusieurs reprises, que j’avais écrit contre vous et vous dites encore les contraires, le Batha n’a pas des cadres et que s’il y’en a, pourquoi n’avaient-ils pas écrit ?

 

Donc, voilà aujourd’hui j’aimerais écrire cette lettre ouverte au public pour vous dire la vérité et nuancer vos erreurs et attendre votre droit de réponse.

 

 

Monsieur le Gouverneur, vous avez voulu faire croire à la population que vous maitrisez véritablement l’administration territoriale alors qu’au fond, vous ignorez profondément le sens et toute la responsabilité de vous assumez pur encore celle de la hiérarchie A. Monsieur le Gouverneur, force est de constater avec un profond regret que votre rôle de politicien et votre personnage politique ont pris le dessus sur votre personnalité étatique. Ceci prouve de manière accablante que vous n’êtes même pas un bon politicien ni un vrai démocrate capable de gérer une situation de crise de manière transparente. J’avais compris une chose lors de nos échanges téléphoniques, que vous confondez la règle d’art de l’administration à vos propres sentiments.

Monsieur le Gouverneur, les cantons qui ont actuellement des problèmes de nomination de leurs chefs tels Djurdjura (Ati rurale), Magna (N’Djamena Bilala), N’Ngalnoro (Ambassatna), Djorto (Abourda), Man-Mafa (Ati Ardebé) ont des fils et des filles qui ont le droit de réclamer haut leurs droits par tous les moyens.

 

C’est ainsi, pour éviter tout problème suite à la nomination de Mr Hassan Issa Tidjani dit Gabad au canton Djurdjura par le décret No 1191 du 30 avril 2018. Nous avons pris le courage de vous écrire ainsi qu’a votre administration plusieurs correspondances pour vous informer de la situation dangereuse qui prévaut dans ce canton. Les correspondances ont été déposées au bureau de votre directeur de cabinet qui a refusé par la suite de nous remettre le numéro d’enregistrement, alors qu’il est de son devoir de le faire. Monsieur le Gouverneur, je ne sais pas qu’elle est cette administration qui va à l’encontre de sa population ?

 

 

Par ailleurs sur vos instructions, nos deux frères (Brahim Makaila et Djiddo Buchera) ont été arrêtés arbitrairement et séquestrés pendant une semaine, pour faute d’avoir demandé le numéro d’enregistrement des courriers déposer dans votre Cabinet. Quelle injustice Monsieur le Gouverneur ? Grave encore, vous avez fait semblant d’ignorer la mort d’un homme et blesses suite aux événements malheureux survenus le 14 mai 2018 à Rignegne, canton Djurdjura et qui relève de la compétence de votre région du Batha.

 

Monsieur le Gouverneur, vous êtes la personnalité la mieux indiquée dans la région du Batha a notre série de questions : Qui a tué Abdoulaye Absakine a Rignegne ? Est-ce que vous avez arrêté le responsable de cet assassinat ? Qui a donné une arme à Hassan Issa Tidjani pour aller tuer la population de Rignégné ? Qui a autorisé cette mission du sous-préfet et Hassan Gabad d’aller ouvrir le feu sur une population qui conteste seulement la nomination de ce dernier ? Est-ce que les responsables de cette tuerie ont été jugés ? Un acte malheureux que les autorités locales que vous êtes à leur tète, ont arrêté deux chefs de villages sur instruction de Hassan Gabad pour avoir cassé la para brise de sa voiture lors des événements du 14 mai dernier à Rignégné et ils se trouvent jusqu’à là en prison. Sur quelle base vous mettiez hommes et matériels militaires de l’État à la disposition de Hassan Gabag ? Ce sont des questions que j’aimerais avoir des réponses publiquement Monsieur le Gouverneur.

 

 

Nous savons jusqu’aujourd’hui que rien n’a été fait, sinon ce qui vous préoccupe c’est l’intronisation de ce supposé chef de canton. Vous et nous ainsi que votre administration, connaissons tous très bien qui a tué le feu Abdoulaye Absakine. Mais vous ne voulez pas l’arrêter. Donc on ne sait pas pour quelle raison vous ne voulez pas instruire les services de la sécurité d’arrêter Hassan Gabad ? Pourtant le rapport qui est entre vos mains sur les événements du 14 mai 2018 indique clairement que Hassan Gabad qui a tiré à bout portant sur la population qu’il prétend la gouverner. Nous avons aussi des preuves qui attestent que c’est bien Hassan Gabad qui a tué et blessé avec sa propre arme et il jouit de toute sa liberté avec une protection militaire que vous aviez mise a sa disposition alors les parents des victimes croupissent en prison illégalement.

 

Monsieur le Gouverneur, vous nous accusez des fauteurs des troubles, incitateurs, mais qui sont les instigateurs ? vous dites que vous êtes un homme intègre, pourquoi vous élaborez des faux rapports et transmettre a la haute hiérarchie pour voiler la gravite et la réalité de la situation qui prévaut actuellement dans le département de Fitri et Ati rurales suite à la nomination des supposés chefs de cantons ?

 

 

Nous aimerions porter à votre connaissance et d’ailleurs vous connaissez très bien, et à celle de l’opinion publique que Hassan Gabad n’appartient en aucun cas à la lignée de la chefferie traditionnelle de Djurdjura. Il n’a pas été choisi par la population ni encore par le Sultan de Fitri, il a joué au plus offrant pour influencer sur son choix auprès des autorités locales. Et vous en tant que Gouverneur de la région du Batha, vous avez cautionné cette nomination et ignoré le message No : 025/PR/PM/MQT/SG/DGAT/DI/2016 du 13 juin 2016 de son Excellence Mr le Président de la République, et la loi organique 013/PR/2016 du 25 aout 2016. Compte tenu de cette attitude d’insubordination et au moment où le Président de la République cherche les voies et moyens pour jeter la base de la 4ème République et relancer la justice et l’égalité entre le peuple, certaines personnalités comme vous passent à la vitesse supérieure pour détruire les réalisations et le travail de son Excellence, le Président de la République et mettre en cause la paix et la quiétude et la bonne cohabitation entres les populations. C’est pourquoi je voudrais vous dire que la Région du Batha a été toujours un havre de paix, c’est une Région que vous connaissiez très bien, puisque vous avez grandi dans cette Région avec nos parents, mais vous avez pris le courage d’y mettre le feu et semer des troubles. Cela n’arrêtera pas la roue de l’histoire de tourner. Certes vous avez tous les services de l’Administration entre vos mains c’est pourquoi vous avez instruit l’intronisation d’un criminel dans notre Canton. La dernière question qu’on vous posera : si cette humiliation que la population du Canton Djurdjura a vécue vous retourne, quelle sera votre réaction Monsieur le Gouverneur?

Tout en vous souhaitant bonne lecture, j’attends votre réponse à cette lettre.

L’intéressé

  • ADOUM ABDERAMANE ADOUM (AMIR)

  • TEL : 66262617-99262617 N’Djamena-Tchad

1564 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article