C’est après qu’il leur a été signifié l’interdiction de manifester que le directeur de l’administration du territoire, de la sécurité publique et de la gouvernance locale a appelé le représentant du Collectif tchadien contre la vie chère, Versinis Dingamnayal, pour une rencontre avec le ministre demain a 10h. Selon ce qu’on en sait, les autorités tenteront de convaincre les initiateurs de la marche d’y renoncer puisque ceux-ci tiennent à se faire entendre malgré l’interdiction.

Argument des autorités : le gaz est déjà disponible et qu’il n’y a plus de raison de sortir. A cette rencontre, le ministre du Pétrole pourrait prendre part pour tenter de prouver la disponibilité de cette source d’énergie dont le manque est la source d’un calvaire général qui dure depuis deux mois.

Mais la bande à Versinis, qui entend bien répondre à l’invitation, a posé des préalables. Elle exige la présence de la presse privée à ses côtés. Et veut être représentée par au moins 10 personnes.

Conditions acceptées par les autorités qui, visiblement, affichent la peur de voir la pénurie du gaz entrainer un mouvement social aux conséquences fâcheuses. La contestation liée au prix du pain au Soudan de l’ex président Omar El Béchir, avec toutes ses conséquences, est encore présente dans les esprits. Demain et le 25 avril nous en diront plus.

Tchadanthropus-tribune

1050 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article