La diplomatie britannique planche sur l’organisation d’une vaste conférence sur le désarmement, la démobilisation et la réintégration (DDR) des groupes armés actifs en Libye. Un volet de l’événement devrait être consacré à la planification du retrait des troupes supplétives étrangères. Une formulation en apparence neutre, mais qui vise explicitement la Russie et la Turquie, qui disposent toutes deux de centaines de “renforts militaires” dans le pays.

Une attention toute particulière devrait être portée à la nébuleuse paramilitaire russe Wagner, présente notamment auprès de l’Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar. Au début de l’année, les Émirats arabes unis ont déjà annoncé avoir coupé leur financement au groupe russe.

Plus largement, la conférence doit permettre de plancher sur des scénarios de démobilisation et de retrait de l’ensemble des groupes armés étrangers présents sur le théâtre libyen, comme les combattants tchadiens ou soudanais. Le sujet avait déjà été abordé par le Conseil de sécurité des Nations unies en avril.

Pour ce faire, Londres souhaite amplement associer Washington et l’Union européenne (UE) à son initiative. En revanche, ni Moscou ni Ankara ne devraient être conviés. L’organisation de la conférence est pilotée dans la capitale britannique par Wilton Park, agence spécialisée dans ce domaine et rattachée au Foreign Office.

Tchadanthropus-tribune avec la Lettre du Continent

933 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire