Selon nos sources, des proches conseillers du général Khalifa Haftarse sont discrètement rendus à Paris la semaine dernière. Reçus par des officiels Français, ils ont évoqué un plan de transition jusqu’aux élections. L’homme fort de l’Est libyen entend rester à la tête de l’armée, laquelle piloterait cette phase, y compris l’organisation du scrutin. Ce projet a peu de chances de plaire au “camp de l’ouest”, mené par le Premier ministre Fayez Sarraj, ni aux Misraties, emmenés par Ahmed Miitig. Mais d’après d’autres sources dans le Sud libyen, Khalifa Haftar bénéficie aussi des soutiens de certains rebelles tchadiens qui voudraient demain, un retour de l’ascenseur. Nos correspondants déterminent avec exactitude les alliances qui se font et se défont au gré des intérêts. Personne ne peut augurer de l’avenir au moment présent.

Tchadanthropus-tribune

1620 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article