L’arrivée de plus de 600 000 réfugiés en provenance du Soudan sur le territoire Tchadien a été fardeau pour le système de santé tchadien qui n’a menagé aucun effort dans l’accueil de ces derniers.  Les besoins en matière de soins de santé, de nutrition et d’eau potable continue de s’accroitre tandis que  ressources disponibles sont  insuffisantes.

L’Organisation Mondiale de la Santé joue en ce sens  un rôle non neglieable  dans la coordination de la réponse internationale à la crise humanitaire au Tchad. L’OMS apporte une assistance  technique et financière aux autorités tchadiennes et aux organisations humanitaires présentes sur le terrain.

La délégation  se rendra dans les camps de réfugiés pour évaluer de près la situation sanitaire et humanitaire. Cette évaluation permettra de mieux cerner les besoins et de cibler les interventions de manière plus efficace.

Le ministre de la Santé Publique a plaidé lors de ces échanges  pour une action transfrontalière concertée afin de circonscrire les conséquences de la crise de l’Est. Le chef du departement de la Santė Publique a également souligné la nécessité de renforcer les capacités de prise en charge des réfugiés, des retournés et des populations autochtones.

Dr. Abderahim demande à la communauté internationale d mobiliser davantage de ressources financières afin de soutenir les efforts du Tchad pour faire face à cette crise humanitaire majeure.

Cette visite de la délégation de l’OMS marque une nouvelle étape importante dans la lutte contre la crise humanitaire au Tchad. L’expertise et le soutien de l’OMS sont essentiels pour aider le pays à relever les défis immenses qu’il doit affronter.

Tchadanthropus-Tribune

226 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire