Voilà comment l’hôpital se moque de la charité. Il n’y a qu’au Tchad d’Idriss Déby où chaque individu se déclare noble et propre, voleur ou malfrat.

Abderahim Mahamat Acyl alias Abbo est le petit frère de la 1re dame Hinda Mahamat Acyl épouse Idriss Déby. Ce jeune homme à l’air débonnaire avait été responsable jadis aux projets présidentiels pendant que le pétrole tchadien coulait à flots, et que chaque voleur de la république s’en mettait plein les poches. Dans l’écurie des voleurs, il n’y a pas de grade, cela dépend tout simplement de là où se situe le nid du grenier. Mais le jeune Abderahim ne pouvait pas argumenter sa démission en accusant Saleh Abdelaziz Damane de mauvaise gestion (clin d’œil sur le détournement). Qu’on aurait dit de lui quand il émargeait les documents pour les banques à taux de 8% alors que le taux bancaire était initialement de 5%. Les 3% ont servi simplement à garnir les poches trouées de notre compatriote Abderahim Mahamat Acyl, pourtant tout le monde est resté aveugle pour ces procédés qui ne sont autres que du détournement de l’argent public, chose pour laquelle il démissionne aujourd’hui de son poste taillé pour lui à la mairie.

06 mois après sa nomination, le beau-frère d’Idriss Déby jette un pavé dans la marre. Il démissionne pour ne pas “ cautionner la mauvaise gestion administrative et financière du maire en place. “ Une façon très impolie de porter l’index sûrement parce qu’il n’a pas été associé au partage d’un certain gâteau.

N’y a-t-il pas un organe de l’état comme la fameuse IGE (inspection générale de l’état) habilité à ce travail et lever les équivoques ? Où être le petit frère de la 1re dame et beau-frère du président de la République vous donne le droit de griller les cadres ?

Toutefois, quoi que l’on dise, le maire Saleh Abdelaziz Damane doit se préparer à l’évidence. Il sera bientôt limogé de son poste de maire, car les démarches ont déjà commencé à son encontre depuis le début de ce mois, Il y aura pour cautionner les affirmations du sieur Abderahim, le passage de l’IGE, mais dans la foulée un décret suivra, sauf si notre analyse fera un sursis pour, comme d’habitude chercher à discréditer notre analyse.

Comme tous ces nervis du MPS, même Saleh Abdelaziz Damane n’est pas du reste. Il suffit de voir le train de vie qui est le sien et ses donations pour son parti politique le MPS. Abderahim ou Saleh Abdelaziz, à chacun son numéro de calvaire et tant pis pour le Tchad et les Tchadiens.

Tchadanthropus-tribune

1475 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article