La mairie de N’Djamena est un véritable nid de prédateurs où tous ceux qui sont nommés à la tête cherchent à s’enrichir. Plus grave le premier magistrat de la ville n’arrive pas à faire la différence entre un décret et un arrêté.

En effet le maire de la ville a par un arrêté pris hier, fait remplacer le secrétaire général qui est nommé par un décret du président de la République. Allez y comprendre quelque chose. Pourtant le fameux Foullah maire prédateur, aider du ministre de l’Administration du territoire, connaissent exactement les méandres de l’administration, mais ils font fi des sceaux de la république se sentant bien placée pour décider par-dessus Idriss Déby.

Le seul tort du secrétaire général de la mairie de N’Djamena est d’avoir refusé de cautionner tous les faux du Maire actuel aidé de son lobby.

Selon nos sources, le secrétaire général refuse de céder son poste parce qu’il fait comprendre au Maire qu’il est nommé par décret, par conséquent il faut un autre décret pour le remplacer. Le maire qui persiste dans sa forfaiture se permet de nommer un autre secrétaire général par arrêté.  

Cette gesticulation du maire fait dire aux agents de la mairie que si le maire persiste dans sa logique il a certainement l’appui du ministre de l’Administration territoire. Et comme le secrétaire général refuse de faire leur jeu, aller dire leur magouille, il devient l’homme à abattre.  

Voilà comment fonctionne l’administration dans ce pays.

Tchadanthropus-tribune

1465 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire