Pendant qu’Idriss Déby seul sillonne le pays avec les moyens de l’État (Avion, hélicoptères, armée, véhicules, etc.) alors que les moyens utilisés sont interdits par la constitution, l’opposition démocratique, la société civile, les organisations de droits de l’homme, et les forces vives continuent de marcher pacifiquement contre la candidature d’Idriss Déby qui brigue un 6e mandat après 30 années de pouvoir autocratique.

Depuis ce matin dans plusieurs quartiers de la capitale tchadienne, la population et tous les organes ci-haut cités continuent de manifester malgré la présence d’un dispositif impressionnant de policier et militaire digne de situations de guerre.

Le point de ralliement des manifestants étant le rond-point double voie, les forces du désordre du pouvoir en place ont tout quadrillé.

Ces forces tirent directement sur des personnes avec les gaz lacrymogènes. François Djekombé, un président d’un parti politique et porte-parole de l’alliance victoire serait blessé au visage, et arrêté avec ses compagnons (le journaliste Avenir de la Tchiré, le président du parti politique Abderaman Yacine, et le rappeur N2A).

Le parti politique des transformateurs observe à la mi-journée 29 militants arrêtés, l’UNDR a 4 sympathisants arrêtés, et plusieurs autres personnes non encore identifiées sont aussi arrêtées.

Devant HEC-Tchad, un groupe brule des pneus, tandis que d’autres manifestants se constituent vers les quartiers Diguel, Atrone, Goudji, Abena, Chagoua, etc.

Dans l’après-midi, une autre formation de marche pacifique serait en train de se constituer depuis le rond-point Adoum Tcheré, où une présence policière énorme est identifiée.

Voilà la situation à la mi-journée pour la marche pacifique à N’Djamena… Nous reviendrons.

Tchadanthropus-tribune

869 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire