Le mouvement national pour le changement au Tchad du président MAHAMAT AHMAT LAZINA se dit préoccupé par la sécurité de ses manifestants arrêtés le 15 février et détenus dans un endroit inconnu.

Dans un communiqué de presse signé par son Vice-président, Marc Gougouma Maïna, le mouvement national pour le changement au Tchad (MNCT) dénonce l’arrestation brutale et arbitraire de son président national, Mahamat Ahmat Lazina lors de la marche dénommée « Marche de l’espoir » par les agents de renseignements Généraux.

Selon le communiqué, Mahamat Ahmat Lazina a été torturé avant d’être libéré. Il souffre des douleurs intercostales d’une gravité inouïe. Tout en dénonçant ce qu’il qualifie d’arrestation odieuse dont le principal responsable n’est que le régime d’Idriss Déby Itno en place. Le MNCT exige la libération immédiate et sans condition de son secrétaire national à la presse et à la culture, et du chauffeur du bus, tous arrêté lors de la marche.

Le réseau des organisations de la société civile pour la promotion de la paix, de la démocratie et de l’État de droit au Tchad se dit quant à lui indigné face aux actes, agissements inciviques qui constituent un recul de la démocratie au Tchad.

Dans un communiqué de presse de presse signé par Mahmoud Riad Hassan, son président, ROSPRODED-TCHAD (Le Réseau des Organisations de la Société Civile pour la Promotion de la Paix, de la Démocratie et de l’État de Droit au Tchad) rappelle à toutes les forces politiques tchadiennes que la bataille pour la conquête du pouvoir se fait dans les urnes et non dans la rue.

Pour ce faire, poursuit le communiqué le ROSPRODED–TCHAD appelle toutes les sensibilités de notre pays à valoriser, promouvoir, renforcer, consolider la paix et la démocratie.

Comme toute organisation qui a eu la promotion grâce au régime en place, cet organisme qui se dit promouvoir l’État de droit ne se préoccupe pas de déni de démocratie du régime Déby Itno, et de la brutalité et les arrestations des militants et sympathisants des partis politiques de l’opposition. L’organisme pond un communiqué de surface en lissant de belles paroles.

Ce qui inquiète les Tchadiens est où se trouvent les personnes arrêtées dont les militants cités du MNCT. L’État de droit commence aussi par là.

Tchadanthropus-tribune

1054 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire