Ils devront marcher le 25 janvier 2018 à N’Djamena, partant de tous les arrondissements de la capitale. La CTDDH et les autres associations ont averti de marcher. L’autorisation a été déposée au ministère de l’intérieur et de la sécurité depuis plusieurs jours, mais les autorités de la dictature autoriseront-ils cette marche qu’ils voient d’un mauvais œil. C’est sont des terroristes affirment l’ex ministre de la sécurité Ahamat Bachir. Ils doivent être traités comme tels. Ce n’est pas de l’avis des organisateurs de la marche, qui affirment que cette manifestation se fera de la manière la plus pacifique possible, et elle aura le cran de dénoncer la crise sociale dont le gouvernement en est responsable.

D’ore et déjà, la police prend des dispositifs dans la capitale tchadienne. Les hommes de Taher Erda se préparent à un baptême d’affrontement pour déjouer la mobilisation. De tous les arrondissements de la capitale, partiront des citoyens en rang serré pour exprimer leurs colères et leurs désaveux d’un système qui n’a que trop duré (27 ans).

Contacter au téléphone, un membre des syndicats avouent, “Nous sommes fatigués de tout cela – ça passe où ça casse, mais nous sortirons“.

Tchadanthropus-tribune

1559 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article