Il d’autant plus clair aujourd’hui, que le régime d’Idriss Déby n’entend point accepter les remarques, et les critiques venants du peuple. Les affirmations du ministre de la Sécurité publique (Ahamat Bachir) expriment des fuites en avant. Depuis qu’il fut nommé à ce poste, il n’a fait que véhiculer la volonté d’Idriss Déby, à ne point accepter les revendications populaires. La société civile, les opposants et les parties concernées ont tous été matés à chaque fois qu’ils voudront exprimer un ras-le-bol de la société. Les menaces, et les manières manu militari du régime ont toujours prévalues contre la volonté populaire, sauf si les marches émanent des regroupements satellites proches du parti au pouvoir.

 

Dans ses dernières extravagances, Ahamat Bachir, ministre de la sécurité justifie les interdictions à manifester de la société civile par des propos sensibles et démagogiques. “ C’est moi qui jauge le degré de la sécurité “, ou encore “ Il y a des terroristes dans leur milieu “. Comprenez par, tous ceux qui expriment un avis contraire sont des terroristes. Ensuite, “ Nous avons décidé de ne plus accepter les interdictions systématiques de nos préavis de marche pacifique “. Voilà les méthodes par lesquels un gouvernement se disant démocratique s’exprime. Le régime MPS a toujours bafoué les droits de l’homme, à la vue de tous ses partenaires. Personne ne daigne faire la moindre remarque contre ce régime, parce qu’il utilise l’armée du Tchad comme des supplétifs de la France, combattants sur le terrain du terrorisme.

 

La liberté ne peut s’acquérir que si le peuple accepte de faire des sacrifices. Que les opposants dits démocratiques acceptent de marcher au lieu de pondre des communiqués, et que si chacun d’entre nous accepte de revendiquer ses droits mêmes si les sacrifices à endurer sont extrêmes.

 

Ahamat Bachir, ou n’importe quels autres nervis peuvent pérorer, mais si le peuple décide d’être dans la rue, rien ne pourra arrêter la logique de la vérité. Mais tant que notre peuple accepte de se soumettre, rien ne changera, et la dictature sévira.

 

Tchadanthropus-tribune

2292 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article