D’audience rejetée en audience ouverte, la république veut absolument sacrifier le député AZZAÏ pour en faire un exemple pour le futur. Toujours est-il qu’on peut appliquer ce qui se passe à N’Djamena sur l’étendue du territoire.

De version différente, aux affirmations différentes, cette affaire au lieu de rester dans les méandres de la justice, elle est parvenue à prendre une autre dimension, dépassant le seuil des rumeurs.

Qu’on soit tous d’accord qu’il faudrait légiférer le statut des mariages précoces et mineurs. Mais l’application faite à grande outrance sur le député fait croire au scénario de règlement de compte. Allons voir, allons savoir combien de nos filles, et de nos sœurs, sont mariés à l’âge de déraison dans les différents coins reculés du pays. Applique-t-on les mêmes lois partout ?

Pourquoi fait-on l’œillère ailleurs et chercher à punir un homme qui fait ce que sa société a toujours fait ?

L’expertise médicale que le procureur Hamit Moustapha Nour avait lue à l’audience de vendredi vient confirmer ce que la jeune mariée Zouhoura Mahamat Tahir avait dit devant presse “J’ai 18 ans “.

 Les faits à incriminer doivent s’agir de l’octroi de l’acte de naissance s’il est prouvé par la justice que c’est un faux. Mais le reste appliquons la loi sans pour autant qu’elle soit manipulée.

Tchadanthropus-tribune

Page 1
Page 2
Page 3
2110 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article