Une filiale du groupe de BTP de Rahal Boulgoute, Marita, a conclu un partenariat avec l’entreprise publique tchadienne Sonamig en vue de développer des projets miniers dans le pays sahélien.

Plus connu pour ses grands projets dans l’immobilier au Maroc, son pays d’origine, Rahal Boulgoute s’intéresse désormais aux mines du Tchad. Début février, le PDG de Marita Group était à N’Djamena pour signer un accord avec l’entreprise publique tchadienne Société nationale des mines et de la géologie (Sonamig) en vue de réaliser des opérations de recherche puis potentiellement d’exploitation et de commercialisation de minerais.

 

La ressource minière principale du Tchad est l’or exploité à l’échelle artisanale, en plein boom depuis le début de la pandémie de Covid-19 du fait de la hausse de son cours sur les marchés mondiaux. Contactés, tant la Sonamig que Marita n’ont pas répondu à nos demandes de détails sur les projets. En 2018, Marita avait déjà fait une incursion dans les mines, créant la filiale Maroc Afro-Eurasie Capital et affirmant prévoir le développement d’un gisement de chrome à Madagascar, sans nouvelles annonces depuis.

Le mémorandum d’entente avec la Sonamig avait notamment été négocié du côté de Marita par le Marocain Khalid Boudali. Après avoir travaillé dans le fret maritime aux États-Unis et été vice-président de la commune de Meknès, au Maroc, ce dernier a été élu en 2018 représentant pour l’Afrique du Nord au sein du Comité économique, social et culturel (Ecosocc) de l’Union africaine (UA), organe consultatif composé de membres de la société civile du continent. Khalid Boudali avait pris ce poste à l’Ecosocc en tant que président de l’ONG Clé de la paix pour le développement et la solidarité.

Surtout actif au Maroc, où certains de ses projets immobiliers ont suscité la colère du roi Mohammed VI – qui a fait raser son centre commercial Green Mall à Rabat en 2019 (Africa Intelligence du 26/09/19) -, Rahal Boulgoute développe toutefois ses activités à l’étranger également, le plus souvent dans le sillage du ministère des affaires étrangères de son pays. Sa femme, Zineb Bouhou, y travaille, étant membre du cabinet du ministre Nasser Bourita. Marita a ainsi obtenu des contrats en Gambie et en Guinée-Bissau récemment (Africa Intelligence du 02/12/20), des pays acquis à la cause de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Fin octobre, le ministre des affaires étrangères du Tchad, Amine Abba Siddick, avait affirmé lors d’un séjour à Rabat le soutien du président Idriss Déby au roi Mohammed VI dans sa gestion de la crise dans le territoire contesté.

Tchadanthropus-tribune

1087 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire