Trois journalistes de la presse en ligne sont arrêtés au Togo, à la suite d’une émission. Le Réseau associatif panafricain de la presse en ligne (RAPPEL) réclame par une déclaration, leur libération et appelle les gouvernements à cultiver la paix et la liberté intellectuelle.

Par une déclaration rendue publique, le mardi, 14 décembre, le Réseau associatif panafricain de la presse en ligne (Rappel) informe l’opinion internationale de l’arrestation de trois journalistes du Togo, à savoir Ferdinand Ayité, Joël Egah et Isidore Kouwonou, à la suite d’une émission de télévision sur une web TV, où ils sont accusés de s’être « moqués des ministres ».

« Diffamation » et « outrage aux autorités » sont les chefs d’accusations qui leur ont été brandis. Pour le Réseau associatif panafricain de la presse en ligne, ce sont des arrestations de trop et réclame fermement la libération sans délai de ces trois journalistes du Togo. Il appelle par la même occasion les gouvernements des pays africains à cultivent la paix, la tolérance, le respect des libertés intellectuelles et collectives, notamment dans ce nouvel espace de liberté qu’est l’Internet.

Tchadanthropus-tribune avec Tchadinfos

281 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire