05/04/2017: #TCHAD #Municipalité : Selon nos sources, l’agence française de développement est le bailleur de la mairie de la capitale tchadienne N’Djamena dans le cadre de financement de la salubrité pour la ville. Elle menace de suspendre son financement parce que son cadre de gestion d’investissement de ses fonds à la mairie a été remercié par la nouvelle maire Mariam Attahir. À son arrivée, la nouvelle patronne des lieux l’avait remplacé le cousin du ministre de l’Aménagement, ministère tutelle de la mairie. Ce passe-droit de retour d’ascenseur entre pontes du système n’a pas plus à l’IGE (inspection générale de l’Etat), qui trouvait que le profil du nouveau venu ne cadre pas avec le poste et celui-ci aurait été remercié. L’AFD a écrit à la mairie de réhabiliter son candidat, ce à quoi madame la maire oppose une fin de non-recevoir. Face au refus de madame la maire, l’AFD aurait décidé de suspendre son financement à la mairie. C’est qui, selon nos informations, bloque les activités de l’assainissement de la ville.

Au moment où l’inspection générale renvoie 41 agents à la mairie, détenteurs de faux “DIPLÔMES “, et bénéficiant de gros salaires.  De sources dignes de foi, l’inspection générale de l’État, aurait également envoyé une convocation à l’époux de madame la maire pour des raisons qui seront certainement élucidées et qui échappent pour l’instant à la bonne gouverne de la rédaction. Pendant ce temps, le personnel broie du noir et réclame environ 3 mois d’arriérés de salaires. Comme on le constate, la mairie est désormais dans un trou abyssal… À suivre.

La rédaction

1937 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article