Postée à la frontière libyenne avec le Niger depuis juillet la brigade des Aigles du Saharaveut monnayer ses opérations de “police des frontières” auprès de l’Union européenne (UE). Selon nos informations, son chef, le ToubouBarka Shedemi, a demandé par écrit, début octobre, une audience avec la diplomate en chef de l’UE, Federica Mogherini, pour discuter de sa “contribution” à la lutte anti-migratoire et des compensations qu’il espère en retour. Avant même de recevoir une réponse, sa requête provoque des grincements de dents à Niamey, où Mahamadou Issoufou se pose en seul interlocuteur des Européens pour “sécuriser” cette frontière, avec aides financières à la clé. Le président nigérien s’était déjà invité aux pourparlers de paix entre tribus ToubouTouareg et Ould Slimane organisés par l’Italie en avril.

 

Tchadanthropus-tribune avec la Lettre du Continent

1821 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article