Postée à la frontière libyenne avec le Niger depuis juillet la brigade des Aigles du Saharaveut monnayer ses opérations de « police des frontières » auprès de l’Union européenne (UE). Selon nos informations, son chef, le ToubouBarka Shedemi, a demandé par écrit, début octobre, une audience avec la diplomate en chef de l’UE, Federica Mogherini, pour discuter de sa « contribution » à la lutte anti-migratoire et des compensations qu’il espère en retour. Avant même de recevoir une réponse, sa requête provoque des grincements de dents à Niamey, où Mahamadou Issoufou se pose en seul interlocuteur des Européens pour « sécuriser » cette frontière, avec aides financières à la clé. Le président nigérien s’était déjà invité aux pourparlers de paix entre tribus ToubouTouareg et Ould Slimane organisés par l’Italie en avril.

 

Tchadanthropus-tribune avec la Lettre du Continent

1900 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire