30/06/2016: TCHAD/Gouvernance: « Je suis en forme, je saute sur place. Ceux qui parlent de ma maladie verront, je vais les mettre 6 pieds sur terre avant de rejoindre la terre moi-même ». Voilà qui est dit, même si au passage certains oublient de dire incha Allah, que Dieu le seul et miséricordieux existe. Par ces mots, les Tchadiens doivent comprendre que l’exécutif tchadien se fout éperdument de son peuple. Idriss Déby voyage chaque instant emportant avec lui l’argent du trésor, au moment où les fonctionnaires tirent le diable par la queue. Les fonctionnaires tchadiens observent chaque mois des arriérés de salaires. Les entrepreneurs tchadiens sont bloqués à cause des impayés colossaux. Les banques courent dérrière leurs créanciers. Mais Déby mobilise des milliards du trésor à chacun de ses déplacements. A chaque mois de Ramadan, comme par enchantement, le président tchadien convole en juste noce, à l’exemple de ce qui s’est passé ces jours-ci à Amdjaress. Selon les rumeurs grandissantes, le président tchadien vient de prendre une jeunette locale, histoire de stabiliser les alliances tribales, avant de revenir à N’Djamena il y a 48 heures. Tout cela, au moment où l’autre grand frère national (Daoussa Deby) végète sa colère dans les quartiers de Montparnasse à Paris, boudant les causeries prévues sur place pour régler en famille les linges sales. Selon nos correspondants, Daoussa Deby est dans tous ses états, « Il combat un front qu’il veut absolument et résolument dégager » La clique arabesque a intenter à son honneur et il n’est pas prêt à composer avec ceux-là. Entretemps, les tchadiens, les autres végètent sur la réalité sociale prise en otage par le clan au pouvoir.  
212 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article