Et si Deby est intelligent ?

En me lançant dans ce détail, je me suis d’abord mis à la tête que le détail pourrait choquer certaines personnes. Et puisque, j’entre dans des démonstrations plus terre à terre, je propose aux lecteurs de considérer cet article non pas comme des critiques contre la personne D’IDRISS Déby Itno, mais plutôt vis à vis de de la personnalité du président étant un homme public.

Si jusqu’à ce point, vous voyez déjà la différence, c’est que la continuité de la lecture aurait au moins servis à marquer un point. Celui de la raison. En janvier 1990 au moment où, pour la première fois le colonel IDRISS DÉBY avec sa troupe triomphale entre à Ndjamena, chassant ainsi l’un des dictateurs le plus sanguinaire d’Afrique, il reçoit le soutien de tous les Tchadiens étouffés par le tourbillon de la police politique de l’époque (la DDS). Il fut considéré comme étant un sauveur.

Un véritable espoir est né. Il avait le soutien de tout le monde. En 1993, le Tchadien qui ne s’est jamais inquiété de la bonne volonté du jeune homme qui a fait chuter Hussein Habré, continue par rêver.

Viens après la fameuse Conférence Nationale Souverain (CNS) durant laquelle tous les participants à mon avis n’ont pas bien compris le véritable enjeu à part bien entendu Cheikh Ibn Oumar qui s’est exilé en France après s’être mal compris à son tour.

Puis les événements se sont succédé, en commençant par le référendum de 1996 et les ‘éliminations physique de tous ceux qui ont été considérés comme des éventuelles entraves, puisque IDRISS DÉBY semble commencer par mettre en exécution son “appropriation “du Tchad. Même les hommes les plus proches du président à l’exemple de Moldom Bada Abbas, Abbas kotti et le colonel Bachar Moussa ont été purement et simplement liquidés.

Les entreprises Nationales et les hommes d’affaires qui constituaient jusqu’à un moment très récent les artères de l’économie, ont soit été contraints à laisser leurs places à d’autres nouvellement créés par les MPS afin qu’ils puissent avoir le contrôle de tout et s’en servirait sans modération ou tout simplement rayés de la carte de l’économie du pays. Ils sont transformés à des entreprises familiales pour les Itno.

La douane, l’aéroport, la SNE, le transport terrestre, fluvial…et tout ce que vous pouvez imaginer comme recettes. Aucun service public ou privé ne fait exception. C’est pour dire qu’en un temps record, IDRISS DÉBY a réussi (si on peut considérer cela comme une réussite) à transformer l’amour des Tchadiens en un abandon total qui par la suite s’est amplifié et devenue une Haine envers tout une communauté, Les Zakhawas.

Rappelons que sa communauté n’a absolument rien à voir dans tout cela. Ils avaient été tout simplement enrôlés dans ce terrain glissant par les MPS de manière qu’ils seront contraints d’adresser leur totale loyauté à IDRISS DÉBY une fois que les autres communautés les auront regardés comme étant les artisans de leur misère. Là, des questions ont été posées sur la façon dont il choisit ses collaborateurs… Ses conseillers. Le très médiatique docteur Ali Abderaman Haggar a lui aussi tiré les sonnettes d’alarmes en ce sens. Si jusqu’à présent le président, malgré son entourage ne s’est pas rendu compte qu’il est l’homme le plus détesté au Tchad, c’est qu’il est stupide. Et là, je mesure mes mots. En définitif, on me donne seulement trois mots pour le qualifier, je dirais tout simplement que c’est “Un destin manqué “.

Adam Faris

Activiste et militant Tchadien

517 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire