Depuis quelques jours une polémique enfle sur les réseaux sociaux relative au livre écrit par Dr Succès Masra et publié il y a dix ans dont le titre en dit long sur le contenu : « Du sacre des cancres à la dynastie des pillards psychopathes ».

L’ancien Ministre des Finances et du Budget Issa Mahamat Abdelmamout est en quelque sorte à l’origine de cette polémique dans la mesure où il a dénoncé le supposé ‘’tribalisme’’ de l’auteur. Je dis ‘’supposé’’ parce que je n’ai pas eu l’opportunité de faire une lecture exhaustive du livre. Et par devoir de réserve je m’abstiens de porter cette accusation à un compatriote dont les idées pour le développement du Tchad sont réellement fondées sur une volonté affichée de sortir notre pays de la pauvreté. Au-delà de l’ambition politique de l’homme, ce qui m’intéresse dans cette affaire c’est l’intérêt de cette polémique pour le citoyen tchadien lambda que je suis.

Pour faire un peu d’histoire, il faut rappeler que le régime du président Tombalbaye n’a pas été démocratique et salvateur pour les populations du Nord (j’entends par là les populations du B.E.T et par extension abusive celles de l’est et du centre. Les barbaries du régime du MNRCS né sous les cendres du PPT-RDA de Tombalbaye ont été affreuses pour les populations du ‘’Nord’’.

Je vous épargne la liste des humiliations, déshonneurs, tortures etc. dont les victimes en n’ont gardé un vif souvenir. C’est dans le but d’asseoir son régime dictatorial et avec l’appui de la France que ces crimes ont été commis par le premier président, qui fut il faut le noter un bon gestionnaire. A ce niveau je laisse aux historiens tchadiens de faire une analyse objective et sans partie pris sur la décennie Tombalbaye. S’agissant du régime de Habré qualifié par l’auteur de « boucher du désert ».

Si je devais faire une analyse, elle serait sûrement subjective car en bon tchadien, j’ai une préférence pour mon ethnie, pour ma région, pour ma communauté donc pour Hissein Habré.

S’il s’agissait que de moi, il n’y a pas et il n’y aura pas de meilleur président pour le Tchad que Hissein Habré puisqu’il est à la fois de ma famille, de mon ethnie, de ma région et de mon chère B.E.T mais il faut avoir du recul et juger Habré non sur ce qu’il a dit mais sur ce qu’il a fait pour le Tchad et pour les tchadiens. Je ne disculpe pas le régime Habré des crimes commis mais je constate que souvent on ne prend pas la peine de constater que c’est grâce à Hissein Habré (gestionnaire et administrateur hors pair) que notre administration, au sortir des évènements de 1979, a pu se moderniser. Et tout tchadien nationaliste conviendra avec moi qu’il n’y aura pas meilleur patriote que Hissein Habré.

C’est grâce à lui que les cadres du ‘’nord’’ ont intégré les grandes instances et les hautes sphères de décisions de la République notamment dans l’armée, dans l’administration et dans bien d’autres. Aussi, pour ne pas m’étendre davantage, je dirais que c’est subjective et offensant de la part du Dr Masra de qualifier le Président Hissein Habré de tribaliste et par-delà le Président Habré toute une communauté en particulier la communauté Gorane. S’agissant du régime Deby qui est qualifié de ‘’héritier du Boucher’’, je ne porterai pas la même remarque c’est-à-dire que les propos de monsieur Masra sont tribalistes, insultants, dénigrants bref ces propos portent atteintes au vivre ensemble.

Le régime Déby malgré sa part d’ombre (népotisme caractérisé, mal gouvernance, injustice de toutes sortes etc.) a œuvré également pour le vivre ensemble et pour la paix non seulement au Tchad mais aussi et surtout dans la sous-région et l’Afrique.

Les dérives du MPS sont réels mais il ne faut pas occulter les avancées engrangées par le Président Deby en termes de paix et de vivre ensemble. Les exemples sont nombreux : appel à la diaspora et aux opposants politico-militaires, cadre de dialogue politique, journée prière pour la paix, l’organisation des festivités pour la fête de Noël par la Première Dame etc. Bref, le Tchad s’oriente progressivement mais justement vers le vivre ensemble, la tolérance religieuse, la laïcité.

Les questions Nord/Sud ne sont plus d’actualité. Les gens veulent vivre ensemble et aspirent à un Tchad sans distinction. Donc, il est inopportun de les ramener en arrière.

Ce chemin vers un Tchad un et indivisible est ce qui me préoccupe le plus au-delà des polémiques visant à savoir si tel ou tel est tribaliste ou pas. L’essentiel du débat n’est pas là. Ce à quoi les tchadiens aspirent c’est le développement économique et social de leur pays. Le régime politique ou l’ethnie qui gouvernera le Tchad importe peu tant que la population trouve son compte à savoir un bien-être social et économique, une justice sociale, une gouvernance saine, des institutions assises et reflétant les choix du peuple, bref un leader qui les écoute et qui œuvre pour leur bien-être.

Saleh Kellemi

Tchadanthropus-tribune

717 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article