Avant de se lancer dans un combat, il serait judicieux d’évaluer ses forces et d’avoir donc une connaissance parfaite des atouts dont on dispose.

Les meilleurs tacticiens vous enseigneront à cet égard qu’il ne faut jamais miser sur un affaiblissement temporaire de l’adversaire et inclure cette donne dans la stratégie globale comme étant un avantage ou un acquis serait une erreur tactique.

Certes, exploiter les faiblesses de l’adversaire est normal et fait partie d’une bonne préparation permettant d’augmenter les chances de réussite ; mais IL NE FAUT JAMAIS SOUS-ESTIMER UN ADVERSAIRE MÊME DIMINUÉ.

L’euphorie ambiante observée à la lumière des derniers événements survenus ces derniers temps chez nous, et qui tend à faire croire que le système Deby vit les derniers instants de son existence doit être soutenue par une réelle volonté collective d’en finir avec lui.

Il faudrait donc pour les forces vives que nous avons tempérées nos ardeurs et analyser lucidement la situation de manière à pouvoir exploiter les points faibles du système le moment venu.

Ne pas sous-estimer ce régime trentenaire doit être la règle parce qu’il garde encore toutes ses capacités de nuisances.

Il faut par ailleurs que nos autres compatriotes qui sont réellement fatigués de ce système s’engagent à sortir de leur léthargie habituelle et puissent participer à cet élan national parce que leur sort en dépend.

Nous savons par expérience qu’Idriss Deby garde encore son atout maître : l’argent. Ce nerf de la guerre lui a permis dans le passé de sortir des situations les plus désespérées.

La crise au niveau de l’armée dont la dislocation avait été trop rapidement annoncée est en passe d’être réglée en partie par le tyran.

Les promesses d’attribution des grades et le versement de beaucoup d’argent sont apparemment venues à bout de certaines velléités insurrectionnelles. Le pauvre trésor public sera une fois de plus mis gravement à contribution.

Quoiqu’il en soit, les forces vives (la société civile, les partis politiques les plus crédibles, les personnes ressources et autres leaders d’opinion) sont déterminés à en découdre avec cette mafia.

Mais d’ores et déjà, il faut que ce triomphalisme ambiant soit accompagné par la mise en place d’une vraie stratégie de combat qui doit amener tous les acteurs engagés dans la bataille à s’inscrire dans une dynamique d’ensemble.

IDRISS DEBY ne partira pas si nous ne bougeons pas ;

Engageons ensemble, toutes nos forces dans la bataille, dans une stratégie nouvelle pour laquelle il faut que tous les tchadiens épris de justice puissent se sentir concernés.

Notre stratégie est en place, aidez-nous à la mettre en œuvre plus efficacement ; votre soutien même le plus insignifiant sera le bienvenu.

Mahamat Nour Ibedou Secrétaire Général de la CTDDH.

903 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire