À

La « communauté internationale », l’organisation du traité de l’atlantique nord, la cour pénale internationale, la ligue internationale des droits de l’homme…

 

Objet : Mon Pays, le TCHAD, État Membre de l’Organisation des Nations Unies (Souveraineté Atteinte) et Compagnon Actif, de la Libération Mondiale en 19141918 et en 1939‐1945. « Honorables »,

 

Qu’attendez‐vous concrètement de la France, au Tchad, au Mali, au Burkina Faso, en Guinée, en Côte d’Ivoire, au Niger, au Soudan, en Lybie… ??? Que faire face à cette tentative de partition « de facto » de ces Pays, par votre Alliée, la France ???

 

Je félicite sincèrement tous ces Peuples pour leurs Révoltes historiques contre cette France Ennemie que vous soutenez. Leur sacrifice sans partage ne m’a guère surpris ; j’aurais plutôt été abasourdi du contraire. Qu’ils en soient donc bénis au nom de toutes les Nations en lutte pour de nouvelles espérances. Ce changement de mentalité pourtant attendu, ne leur a point été offert. Ils l’ont arraché après de longues et constantes batailles, au nom de leurs convictions et de l’idéal politique de leurs Nations.

 

Ces victoires augurent une nouvelle ère pour nous aussi, Africains Occidentaux et Occidentaux‐Africains, engagés dans les mêmes combats, parfois dans le même Parti ou dans la même Section du même Parti, d’autres fois en tant qu’alliés ou simples sympathisants. Ce qui fait de nous non seulement des proches, mais des Frères d’Armes depuis longtemps, pour toutes les Luttes passées et pour de nouvelles Victoires communes.

 

Aussi, nous Expatriés d’Afrique en Occident, Africains d’Occident et Occidentaux d’Afrique, Militants pour une Afrique véritablement Libre, Saine et Prospère, interpellons la France sur sa destructrice Politique Extérieure en Afrique « Francophone » et particulièrement ses réelles motivations au TCHAD, ma Patrie. Considérant :

 

  1. La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, notamment ses Articles 1er, 2 et 3.

 

  1. La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme du 10 Décembre 1948, notamment ses Articles 1er, 2, 3 et 4.

 

  1. Les Principes Directeurs de l’Amicale Panafricaine du 05 Juillet 2003.

 

  1. La clôture des Manifestations du Cinquantenaire des « Indépendances » Africaines.

 

  1. La longévité des Dictatures en Afrique, entretenue par une France implicitement admise.

 

  1. Les foyers de Tensions Politiques et les Guerres Larvées compromettant toute perspective d’avenir pour l’Afrique entière.

 

  1. Les Luttes permanentes des Peuples Africains pour l’accès aux Libertés Fondamentales et, pour le Droit à la Paix, au Développement, à l’Autosuffisance Alimentaire, aux Soins Médicaux et à l’Éducation, partout en Afrique.

 

  1. Etc…

 

Nous citoyens Africains immergés dans les Traditions Occidentales, convaincus des principes d’Égalité et de respect mutuel des Peuples, déclarons à votre adresse particulière, notre exigence pour que la politique de la France en Afrique cesse d’être une entreprise sanglante, affamant, tuant et exilant les Peuples avec votre soutien inconditionnel.

 

Nous vous demandons de vous engager clairement sur les points ci‐dessous, qui relèvent de la politique de la France à l’égard des Ressortissants Africains sur son Territoire ainsi que des Français d’origine Africaine et, notamment sa politique déstabilisatrice en Afrique. Je vous appelle à :

 

‐ respecter et faire respecter au nom de l’Humanité, la souveraineté des Peuples Africains et l’intégrité de leurs Territoires tels qu’ils sont « fixés » depuis les « Indépendances » et, plus singulièrement l’inviolabilité des Frontières qui sont reconnues au TCHAD depuis plus d’un demi‐siècle.

 

‐ mettre un terme à l’immixtion directe et indirecte de la France dans les questions de Politique Intérieure des États Africains et dans l’acceptation implicite de la prise en otage du Peuple Tchadien par des individus sans Foi ni Loi, à la solde de l’Impérialisme International et des Trafics Internationaux en tous genres.

 

‐ exprimer la sensibilité de vos « Électeurs » face aux expressions ouvertes des Frustrations Populaires se muant en Foyers de Tensions et par endroits, en Conflits Armés Fratricides, générant des Déplacements massifs de Populations, pendant que les Pandémies et la Famine entre autres désastres, laminent la Santé et le pouvoir de se développer des Africains.

 

‐ soutenir les aspirations légitimes des Peuples de vos « Anciennes Colonies », à un mieux‐être souvent occulté et jetant leur Jeunesse privée d’avenir chez elle, dans l’Exil Forcé ou dans toutes sortes de Révoltes Armées.

 

‐ s’associer à la volonté des Peuples Africains Indépendants de se soigner, de s’éduquer et de vivre en Paix chez eux et de leurs seules Ressources Naturelles et Humaines.

 

‐ Sur le plan Économique et Monétaire, quand ils ne sont pas de simples Filiales d’Institutions Financières « Mères » de la France, les Établissements Bancaires Africains sont pour la plupart précaires ou ruinés. Alors les dépôts des Fonds Détournés s’effectuent essentiellement en Occident, particulièrement en France qui s’octroie le droit de les « geler » selon ses caprices. Je vous demande de tout faire pour que votre Alliée la France s’engage à :

 

‐ arrêter de gérer les Fonds Volés des Deniers Publics des Peuples Africains laborieux, en luttant contre l’Enrichissement Illicite de ses Présidents ‐ Pantins.

 

‐ manifester sa désapprobation des Transactions Financières Frauduleuses en faveur de ceux qu’elle place et maintient illégitimement au Pouvoir.

 

‐ mettre un terme définitif aux compromissions économiques consistant au pillage systématique des Matières Premières Africaines.

 

‐ témoigner de sa bonne volonté pour une relecture des clauses des « Contrats d’Endettement » et des conditions de l’annulation pure et simple de la « Dette » de l’Afrique.

 

Les Luttes pour les Droits et les Libertés en Afrique sont indissociables des autres Luttes pour la Justice et la Paix ailleurs dans le monde, contre le Racisme et toute autre forme de Discrimination (UKRAINE ???). Elles sont parties intégrantes des grands Mouvements Universels d’Émancipation et d’Égalité des Peuples. Elles doivent à cet effet, servir la promotion d’une nouvelle dynamique du Panafricanisme souverain des Peuples d’Afrique.

 

Dans une économie mondialisée tournée vers la création des profits, le Continent Africain ne saurait être mis à l’écart de l’Éducation et du Développement véritables.

 

La Paix, la Justice et la Liberté sans conditions, devront aussi s’installer en Afrique et s’y pérenniser car il y va de la quiétude du Monde et de la crédibilité des Institutions Internationales, en particulier Françaises.

 

Pourquoi les Nations Unies, l’Union Africaine et l’Union Européenne n’sont-elles pas été promptes d’empêcher la France de maintenir partout en « Afrique Francophone », les plus horribles Dictatures que l’Humanité ait jamais connues, et ce, contre l’avis des Peuples Africains qui, que ce soit par Voie Constitutionnelle ou par Voie Armée, avaient démontré au Monde entier qu’ils pouvaient décider de leur destin, quel qu’en soit le prix ??? Qu’a fait la France officielle, de la Déclaration des « Nations Unies » portant principes du Droit International touchant les Relations Amicales et la Coopération entre les États, du 24 Octobre 1970, qui stipule : « L’Intégrité Territoriale et l’Indépendance Politique de l’État sont inviolables. » ?

 

Les contextes Politique, Économique, Social et Sécuritaire dans lesquels se débat le TCHAD pacifique, mérite de votre part, des réponses claires, franches et pérennes à l’ensemble des questions posées et des préoccupations exprimées.

 

Croyez‐moi, j’aurais cherché par tous les moyens possibles et imaginables, à comprendre ce qu’il se passe dans mon Pays le TCHAD, Pays Riche par excellence, si seulement à l’instar de certains Régimes Dictatoriaux soutenus par la France depuis des décennies, il y existait, ne serait‐ce que le Minimum Vital ; en l’occurrence l’Eau Potable, l’Électricité, des Infrastructures, des Routes, des Rues, des Canalisations, des Hôpitaux, des Établissements Scolaires, des Bourses d’Études, des Salaires pour les Fonctionnaires et surtout, la Sécurité et un contrôle de l’Inflation Galopante des Produits Alimentaires de Première Nécessité, qui affame près de 15 Millions de Tchadien(ne)s, Enfants, Femmes, Vieillards, Malades…

 

Vos nombreux Ressortissants Clandestins en Afrique peuvent facilement vous confirmer cela. Dans l’attente, nous Diasporas Africaines éparpillées sur la Planète, Militant(e)s réuni(e)s, faisons « Appel » à un sens plus élevé de Justice, d’Égalité et de Paix Sociale, de votre part.

 

P.S. : pour quelles raisons ignorez-vous sciemment la terrible situation des centaines d’Étudiants Africains empêchés par l’Armée Ukrainienne, de quitter l’Ukraine et pire, enrôlés de force par les Nazis Ukrainiens, pour servir de chair à canon ?

 

P.P.S. : ma venue aux U.S.A. est exclusivement motivée par ma détermination de soutenir à tout prix ceux et celles de la Communauté Africaine qui me reconnaissent une réelle capacité d’améliorer le quotidien de cette partie de l’Afrique, en vous interpellant.

 

UNE AFRIQUE AFRICAINE OU RIEN, NOUS AVONS CHOISI !

 

Docteur Djibril « Aboul Ridjal » IBRAHIM Activiste Culturel Leader d’Opinion marchalkovska@o2.pl

New York City, le 10 Mars 2022

805 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire