« Le CMT n’est pas venu au pouvoir par la force » a déclaré le PCMT. Même si la force matérielle n’est pas utilisée comme voie pour l’accession du CMT au pouvoir, rappelons qu’une autre forme de force à été utilisée. Il s’agit de la force contre les textes de la République En vigueur jusqu’au 20 avril 2021, au sommet duquel se trouvait la constitution. Donc, c’est au moyen d’un coup d’État constitutionnel que le CMT est parvenu au pouvoir. Les coups d’État, variants de formes, sont opérés par la force.

« Nous n’avons pas versé une seule goutte de sang tchadien. Nous n’avons pas l’intention de verser le moindre sang au sortir de cette Transition inclusive, consensuelle apaisée et exemplaire » a osé, sans vergogne, dire. 15 morts lors des manifestations d’avril 2021, des centaines des blessés, seulement quelques jours après l’arrivée du CMT au pouvoir, sans compter ce qui s’est passé par la suite et ce qui se passe en ce moment chez les transformateurs. Ou bien ces morts n’entrent pas dans la catégorie de sang Tchadien ?

« Fidèle à mon engagement de demeurer ouvert au dialogue, je lance une fois de plus, du haut de cette tribune, un nouvel appel patriotique à mes frères politico-militaires qui hésitent encore à rejoindre les assises du Dialogue National Inclusif et Souverain » martelé le PCMT. Sans blague !

Comment voudriez-vous que les politico-militaires n’ayant pas signés l’accord de Doha, puisque des conditions inhérentes à la fiabilité et au sérieux du dialogue national ont été posées par ces derniers et n’ont pas été accueillies par le CMT, rejoignent ces assises lorsque, dans la même capitale où se déroule le dialogue, les transformateurs sont réprimés, encerclés, « lacrymogènes », sur lesquels des balles réelles sont tirées, et ce faisant, les libertés et droits élémentaires sont bafoués ?
« L’État garantira leur sécurité, leur protection et leur pleine participation à cet ultime rendez-vous de la refondation de notre République » a ajouté le PCMT, parlant des politico-militaires non signataires. C’est tellement contradictoire, on se demande comme ces gens vont le croire, lorsque même les civils ne sont pas en sécurité dans leur propre lieu ? Le pire, c’est une insécurité venant de la part de ceux qui sont censé garantir la sécurité.

« Aux frères et sœurs encore sceptiques de l’intérieur, je leur demande de ne pas rater la marche de l’histoire, l’ultime rendez-vous du nouveau départ pour notre pays qui se tient actuellement et réunit l’écrasante majorité des composantes de notre peuple » nous dit le PCMT. Paradoxalement, en ce moment même, ces gens subissent des choses inhumaines, des choses qui vont à l’encontre des droits fondamentaux, parce qu’ils veulent partager avec le peuple leur opinion sur le dialogue.

Adjib wallay!!!

Wardougou Kelley Sakine

1012 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire