Coucou cher magazine. Je suis une blogueuse tchadienne et j’aimerai passer par votre canal pour me faire entendre auprès de votre audience.

Ci-dessous mon message que j’aimerai que vous puissiez partager auprès des vôtres

Aujourd’hui, je voudrai m’adresser aux chefs d’entreprises, les personnes de ressource, nos repères, les personnes aux bras long….

L’Afrique reste le seul continent le moins développé et la responsabilité nous incombe de la rendre vivable. Hier j’ai appris que pour réussir, il faille passer par l’école, beaucoup de jeunes comme moi d’ailleurs se sont arpentés à passer par ce chemin. Certains se sont en sortis avec brio et d’autres cependant moins courageux ont fini par abandonner. Une chose est d’aller à l’école, une autre est d’acquérir des compétences.

La compétence ne s’acquiert pas que sur la base des connaissances théoriques mais bien au-delà. J’ai un sentiment de tristesse quand je vois les exigences d’expériences des offres d’emplois sur le marché de l’emploi. Je comprends que vous ayez envie de voir vos entreprises tournées avec des employés intrépides mais voyez-vous lorsque vous dressez une offre d’emploi avec des exigences qui dépasse l’entendement, pensez-vous que nous aurions un jour la chance de challenger aussi avec les autres…pour terminer, il faut avoir commencer, pour faire du cumul d’expérience, il faut avoir suivi des exquis aux cotés de quelqu’un.

J’éprouve un réel désir de lancer un cri d’alarme à ces personnes…La vie professionnelle est un peu comme cette jeune mère qui montre la route, le chemin à son enfant. Les jeunes ont besoin que vous leur apportiez de la lumière, que vous les preniez sous vos ailes, que vous les façonniez. Beaucoup auront peut-être des avis contraires à ce poste avec pour argument qu’il n’ya de nécessité de décoller aux cotés de quelqu’un, je dirai dans ce cas que des personnes de bonne foi puissent mettre en place des mécanismes pour faciliter l’entreprenariat. Des mesures idoines doivent être prise afin de donner une chance à la jeunesse. Essaimer une croissance active revient à investir sur la jeunesse ainsi il y’aura moins de délinquants et l’Afrique se portera mieux.

Tu es jeune, ne sois pas un spectateur passif, participes à faire véhiculer le message.

Glory Djaouga

508 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire