Le 31 Mai dernier le Tchad, le Niger, le Soudan et la Libye ont signé un accord dit de sécurisation des frontières. L´UFR (Union des Forces de la Résistance) a observé cette situation de près et a pu constater que cet acte est une manœuvre dilatoire de M. Déby pour se protéger de l´opposition politico – militaire.

 

En effet, cet accord n´a rien de nouveau car sur le plan pratique, ces pays ont toujours coopéré dans les domaines : militaire, sécuritaire, renseignement etc.… On peut citer entre autres la force mixte entre le Soudan et le Tchad tout le long de la frontière, la présence des troupes de M. Déby au Niger et sa main – mise en Libye, sans oublier l´extradition permanente de membres de l´opposition tchadienne de ces pays vers le Tchad. La seule nouveauté qu´on puisse noter dans cet accord, c’est le « droit de poursuite » ; en réalité, ce point concerne seulement le Tchad et le Soudan et arrangerait surtout M. Déby qui a perdu toute crédibilité vis – à – vis de tous les Tchadiens.

 

Depuis un certain temps, le régime de Deby craint la recrudescence de l´opposition politico – militaire, et cherche à déployer l’armée soudanaise au Tchad, afin de compenser la déliquescence, par sa propre faute, de l’armée tchadienne. L´une de raisons de cette intervention soudanaise est la fameuse histoire de récupération par la force des véhicules des particuliers. M. Déby voulait s’accaparer de ces véhicules privés appartenant à « ses parents », ceux-ci refusent et un bras de fer est engagé entre les deux parties depuis bientôt 3 mois. L’armée étant très réticente pour employer la force dans un problème qu´elle considère entre « M. Déby et les siens ».

 

Et dans cette perspective que M. Déby, pour laver l’affront, fait appel à l’armée et aux milices soudanaises, d’où l’élaboration de cet accord pour justifier « juridiquement » l´intervention de l´armée soudanaise et plus particulièrement de la milice.

Cette intervention qui prendrait plus ou moins une forme d´une guerre tribale serait lourde de conséquence pendant de longues années à venir entre les communautés vivant dans les régions frontalières.

 

L’UFR dénonce toute incursion des forces étrangères sur le territoire tchadien et lance un appel vibrant aux forces armées nationales tchadiennes, fidèles à leur tradition glorieuse, de contrer les velléités expansionnistes d’où qu’elles viennent.

 

L´UFR salue la neutralité de l´armée et veut que l´armée soit nationale et reste comme telle, et enfin attire l´attention de tous les pays voisins et les pays amis sur leur devoir de s’abstenir de s’ingérer dans les affaires intérieures de notre pays, le Tchad.

 

Fait à Francfort, le 18. 06. 2018

Youssouf Hamid

Représentant et Porte-Parole de l´UFR

1868 Vues

  • Merci de m’avoir répondu aussi rapidement.buy viagra

    Commentaire par urednistvo le 21 juin 2018 à 18 h 35 min