La rédaction a constaté avec regret et émotion la consternation de certains de ses lecteurs dans l’article sur le pillage de l’or des ressortissants du Batha. Quand nous avions énuméré en avançant les noms (Rakhiss Manany, Ibrahim Anaï, Acyl Ahamat Akhabach, Adoum Manany et Assilel), la rédaction voulait interpeller ceux qui sont vivants et qui ne disent rien sur les biens pillés de la région. Mais il n’est nullement question de soustraire certains compatriotes plus que dignes fils de la région, d’ailleurs la phrase finissait par “ tant d’autres “. Ils sont nombreux les enfants du Batha et qui ne sont pas de la communauté arabe. Feu sergent Biney, un des braves officiers, l’éloquent feu Adoum Moussa Seif, et beaucoup d’autres dignes d’anoblir la terre du Batha. Il n’est nullement question de miser sur le communautarisme. Mais l’article met un relief sur les biens du peuple tchadien pillé dans cette région de notre pays. Ne changeons pas de débat, le point nécessaire du sujet est l’or du Batha pillé par deux familles régentes au Tchad.

Tchadanthropus-tribune présente ainsi ses excuses aux lecteurs qui ont été touchés par le constat fait sur l’article alors que l’esprit de la l’article est une sonnette d’alarme que nos compatriotes doivent prendre au sérieux.

Les mêmes faits allaient se faire au Tibesti si ce n’est l’opposition des fils de l’Emi-Koussi qui avaient catégoriquement fait barrage au pillage collectif du clan autour d’Idriss Déby.

Lire aussi :#TCHAD #BATHA #Richesses de l’Etat : Qui sont les pilleurs de l’or du Batha ?

 

L’émergence du respect des droits des citoyens tchadiens ne peut se faire que si chacun d’entre nous refuse le silence et la soumission. Aux Tchadiens patriotes de ne plus accepter l’injustice en sachant revendiquer ses droits mêmes pacifiquement en portant un faix, mais il ne faut pas se taire. Se taire face à l’injustice, c’est carrément accepter que l’autre vienne vous chier sur la tête sans rien dire.

Une fois de plus, toutes nos excuses

Tchadanthropus-tribune

870 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article