Incroyable, mais vrai. Rien ne surprend avec le régime Déby au Tchad. Le 09 août dernier, le conseil des ministres a approuvé l’ordonnance du nouveau statut de l’opposition démocratique. Ce texte dit on devrait créer des conditions favorables à l’instauration d’une véritable culture démocratique. Plusieurs semaines plus tard, Idriss Déby n’a pas encore signé ce document qui en temps ordinaire ne prendrait qu’une demi-journée.

 

3 semaines plus tard, les partis politiques attendent impatiemment la sortie du texte qui ne vient pas. C’est ainsi qu’un député de l’opposition aurait apostrophé le secrétaire général du MPS, qui aurait à son tour affirmé que le document a été signé. Mensonge, rien n’a été fait par pur laxisme, mieux par esprit de vouloir bloquer la procédure, sinon comment comprendre qu’un document admis par Idriss Déby lui-même fini par ne pas aboutir ?

 

Plusieurs sources jointes à N’Djamena admettent sans coup férir que le document est introuvable nulle part. Il a disparu des circuits pouvant aboutir au ministère SGG chargé de faire le travail.

 

Absente pour raison de santé et interrogée à son tour, la ministre SGG Mariam Mahamat Nour esquive intelligemment la question. Aucun représentant de la majorité n’était en mesure de dire avec exactitude où se trouvait l’ordonnance en question, quant à sa signature, non plus personne ne peut confirmer ou infirmer si l’ordonnance portant statut de l’opposition était déjà signée ou non.

 

Aux dernières nouvelles, c’est Ahamat Bachir, l’épiphénomène ministre de la Sécurité publique qui a été chargée de faire évoluer le processus devant aboutir à la signature de cette ordonnance, lui qui ne sait rien de cette ordonnance puisqu’il était absent au dit conseil des ministres du 09 août 2018. La seule capable de mettre en musique cette ordonnance est Mme Mariam Mahamat Nour puisqu’elle avait fait ses propres annotations. Elle serait la seule à avoir noté les amendements et autres annotations en conseil des ministres. Certaines sources continuent d’affirmer avec précision qu’il n’y a aucune trace de cette ordonnance et les amendements opérés. Au sein des partis politiques, plusieurs voix se lèvent pour exprimer l’inquiétude de voir Ahamat Bachir écorner le travail déjà fait.

 

Comment peut-on comprendre la gestion rigoureuse de l’état avec ces genres de procédures ? Cet exemple montre à quel point les choses de l’état sont prises avec plus de légèretés et que l’ensemble des soi-disant cadres ne sont là que pour leurs panses. Une administration a besoin de rigueur, de tact et de suivi. Idriss Déby lui-même ne contrôle plus ses affidés qui n’en font que pour leurs personnes. Sinon, un document qui devrait juste être entériné le lendemain ne peut trainer en longueur plusieurs semaines, sauf s’il y a la volonté de nuire.

Charte-ou-bombe-ou ordonnance PDF

Tchadanthropus-tribune

1857 Vues

  • A mon avis ne cherchez pas de midi à quatorze heure, le document serait, à coup sûr, recupéré par Deby par caprice au même titre que l’ordonnance proclamant aministie générale. Les gesticulations de tel ou telle ministre ne sont qu’enfumage orchestré par Deby lui-même pour marchander ses actes.

    Commentaire par Barka Ali le 29 août 2018 à 5 h 52 min