Depuis bientôt une semaine, dans leur attitude hautaine, arrogante et méprisante, les autorités du régime MPS ont voulu pousser le bouchon plus loin jusqu’à l’humiliation de la légitime famille Ourada dépouillée de son trône.

Ramadane Erdoubou, sur instruction de qui on sait a voulu chasser la famille Ourada de son palais pour faire place nette à un autoproclamé de sultan par décret.

Si malgré l’aspect illogique de la situation, aucune adversité n’était de mise, la population avait depuis longtemps ruminé sa colère qui s’est traduite par l’affrontement qui a engendré deux morts, un enfant et depuis hier un adulte, conséquence directe de l’intervention des forces soi-disant de l’ordre qui même dans une situation d’injustice interviennent pour massacrer une population qui non à l’inacceptable.

Le palais du sultanat Ourada n’appartient pas à l’État tchadien. Pourquoi vouloir poser des actes anti populaire traduisant une méchanceté abjecte ?

L’histoire, souvent fausse est toujours réécrite par de soi-disant vainqueurs. Mais on oublie assez souvent que ces vainqueurs ne défont jamais les consciences, et quoique l’injustice soit de mise, la vérité vraie finit par prendre place et émerger.

La réaction de la population de la ville d’Abéché doit faire réfléchir ces autorités de la 4e république, car un jour ou l’autre l’histoire dans têtue fini par se rappeler de l’imparfait. Il y a lieu de reconsidérer cette erreur et laisser la famille Ourada faire son conclave, consulter sa population et désigner son propre sultan.

Une autorité travaille et est au service du peuple, pas le contraire. La population du Ouaddaï ne mérite pas ce mépris, et ses cadres au sein du pouvoir doivent faire entendre la raison que de courber l’échine sous le joug des miettes.

Nos condoléances aux familles des disparus, et que le seigneur comble les défunts de sa sainte miséricorde.

Tchadanthropus-tribune

1615 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article