L’Ong Oxfam, en partenariat avec l’association Cergied a présenté un rapport sur les inégalités au Sahel, ce mardi 9 juillet 2019 au Cefod. Il ressort de cette présentation que c’est dans le pays de Toumaï où le fossé entre riches et pauvres devient de plus en plus large et s’illustre par des discriminations de toute sorte.

Ce rapport décrit sous trois piliers, les types d’inégalités qui sont communes aux pays du Sahel en examinant principalement la question de fiscalité, les politiques sociales et agricole. Comparativement à ses voisins, le Tchad est le pays sahélien le plus inégalitaire où les 10% de la population les plus riches possèdent une part deux fois plus importante du revenu national brut, que les 40% de la population les plus pauvres. Selon Mahamat Ibrahim, chargé de communication d’Oxfam, en dépit de l’exploitation du pétrole depuis 2003, le Tchad demeure classé parmi les 10 pays les plus pauvres du monde en termes d’indice humain sur la base du niveau d’indice de développement humain (Idh), soit 186ème sur 188 en 2018.

Le rapport précise que les choix budgétaires et les politiques fiscales des gouvernements des pays sahéliens ne permettent pas de lever des ressources suffisantes pour financer des services publics de qualité à tous, ni de réduire les inégalités de revenus dans la population. Dans ces pays, les opportunités de formation, de travail, d’émancipation économique et financière sont très faibles pour une grande part de la population, en particulier en milieu rural.

Il est également mentionné que le Tchad figure parmi les 12 pays qui affichent des taux de discrimination très élevé en matière du genre. « Des pratiques coutumières discriminatoires et la mauvaise application des cadres législatifs expliquent d’importants écarts femmes-hommes en matière de propriété foncière et non foncière. Les veuves sont particulièrement vulnérables à la dépossession des biens et au déshéritage », complète Djingambaye Abel, représentant de Cergied.

Selon le rapport, en moyenne 18% des femmes ont été victimes des violences domestiques au cours de leur vie au Nigeria, jusqu’à 57% au Tchad. Le taux des mariages précoces le plus élevé dans le monde se trouve en Afrique notamment au Burkina Faso, Guinée, Mali, Niger, Nigeria, Sierra Leone et Tchad.

Guidjindandi Djono

Tchadanthropus-tribune

589 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article