Ce jeudi 31 Mars à Ndjamena, le Tchad lançait son deuxième Plan National de Développement (PND) 2022-2026 au cours d’une cérémonie présidée par le Premier ministre de transition Pahimi Padacké Albert, en présence du Président du Conseil National de Transition Haroun Kabadi, du Ministre de l’Économie, de la Planification du Développement et de la Coopération Internationale Mahamat Hamit Koua, de quelques membres du gouvernement, des Représentants des institutions nationales et de la société civile ainsi que des Partenaires techniques et financiers.

Le 2ème PND de la vision 2030 vise à doter le pays d’un nouveau cadre stratégique de planification du développement. De manière spécifique ce nouveau PND devra :

  • œuvrer pour un Tchad en paix, respecté et impliqué dans son environnement régional et international.
  • donner la possibilité à chaque citoyen d’accéder à l’eau, à la santé, au logement, à l’énergie et à la stabilité.
  • bâtir un Tchad dynamique, fort économiquement et respectueux de l’environnement

Le Premier ministre  Pahimi Padacké Albert au cours de son intervention a salué les efforts pour la mise en œuvre du PND 2017-2021  tout en rappelant la nécessité de la prise compte par le nouveau plan de ce qui constitue selon lui des progrès à améliorer:

« Le point faible notable de cette mise en œuvre est le secteur privé qui n’a pas pu mobiliser les ressources attendues et ce à cause de l’absence de données pertinentes à même d’impulser les actions. C’est cette faiblesse que le nouveau PND devra surmonter en programmant des études de faisabilité en vue de disposer d’éléments concrets d’intervention…»

En outre, il a également souligné que :

« …La cérémonie de cet après -midi  scelle un engagement commun pour construire un Tchad solidaire, moderne et stable qui offre des conditions de vie meilleures à nos glorieuses populations dans l’équité et l’égalité des chances…

Je saisis cette occasion pour remercier le PNUD qui n’a pas attendu cette cérémonie pour apporter sa contribution en mettant à disposition de l’équipe technique des consultants tant nationaux qu’internationaux. Mes remerciements vont également à la BADEA qui a donné un accord pour le financement de la feuille de route. J’ai ouïe dire que nombreux sont les partenaires qui se sont manifestés pour accompagner la réalisation de ce nouveau PND et je ne peux que m’en réjouir d’avance et les en remercier d’emblée. »

A la suite de l’évaluation du premier PND  axée sur les cinq (05) critères suivants : (i) pertinence, (ii) efficacité, (iii) efficience, (iv) impact et (v) durabilité, on peut noter globalement que les résultats de la mise en œuvre du PND 2017-2021 sont à améliorer.

A titre d’exemple dans le domaine de la santé, la proportion d’accouchements assistés par de personnel de santé qualifié est passée de 24,30% en 2015 à 34,5% en 2019, le taux de mortalité est en baisse passant de 133‰ en 2015 à 122‰ en 2019.  Des efforts restent à faire en ce qui concerne la densité et la répartition du personnel médical par habitant, car on dénombre un médecin pour 28.401 habitants en 2018 pour 5.092 habitants en 2019 (la norme internationale est de 1 médecin pour 10.000 habitants).

S’agissant de la gouvernance économique mesurée par l’indice CPIA de la Banque mondiale, elle est en légèrement amélioration passant de 2,7 points en 2017 à 2,8 points en 2019. Les indicateurs relatifs à la Gouvernance démocratique, administration locale et les entités autonomes quant à eux doivent être renforcés…

Ce process​us d’élaboration du Nouveau PND a bénéficie du soutien technique du PNUD à travers la mise à disposition des consultants et d’autres appuis techniques, ce qui a été salué par le Premier Ministre de transition.

352 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire