Les faits sont graves et dépassent tout entendement. Cela se passe au commissariat du 7e arrondissement de N’Djamena, capitale du Tchad, jadis rêvée comme la vitrine de l’Afrique.

Abdelkérim Hassan Nassour, retenez bien ce nom, est un soi-disant commissaire dans ledit commissariat de police du 7e arrondissement précisément à Chagoua. Les méthodes qu’il applique sur la population de la circonscription sont ignobles. Au-delà des rackets, amendes abusives, le fait qu’il ait assassiné 6 personnes sans rendre compte à personne, il enferme abusivement des citoyens sans aucune forme de justice dans des cellules exiguës. Notre correspondant rapporte que les personnes enfermées ne bénéficient même pas de la moindre compassion. Elles doivent uriner et pisser dans la cellule, et les ramasser quand la cellule est ouverte pour aller les jeter dans une espèce de détritus.

Abdelkérim Hassan Nassour est le commissaire 1er adjoint dudit commissariat de Chagoua. Pourtant il ne rend pas compte de ses méthodes controversées à son supérieur hiérarchique envers lequel il ne voue aucune considération. Il ne respecte ni juge ni procureur et dit être en étroite collaboration avec le DG de la police. Ses pratiques malsaines sont arrivées aux oreilles des syndicats qui veulent diligenter une enquête.

Au Tchad de Déby, l’impunité est criante. Les analphabètes et les semi-analphabètes sont considérés à cause de leur brutalité et leurs non-respects des droits de l’homme. C’est de cette manière que le régime MPS entretient la peur sur les citoyens pourtant assez souvent brimés sans autre forme de procès. Jusqu’à quand le simple citoyen doit se taire ?

Tchadanthropus-tribune

1789 Vues

  • Les pays de Toumaï ne plus elle même.aujord’hui ce le Tchad de Deby le Tchad je le sen plus en vrai dure

    Commentaire par Moussa le 8 avril 2019 à 11 h 44 min