Les affrontements se poursuivent dans la province du Kanem où s’est déjà déroulé une bataille samedi après-midi 17 avril. Les forces armées tchadiennes sont aux prises depuis une semaine avec des colonnes rebelles du Fact, le Front pour l’alternance et la concorde, pour les entrées au nord du pays depuis leurs bases arrière de Libye il y a une semaine.

Dans une interview accordée à RFI en exclusivité, le chef du Fact Mahamat Mahadi Ali a reconnu que ses colonnes avaient dû opérer « un repli stratégique ».

Selon nos informations, les combats auraient continué dimanche et jusque dans la matinée de ce lundi 19 avril. Des affrontements qui se seraient déroulés près de la ville de Nokou, à quelque 50 kilomètres de Mao, la capitale de la province de Kanem. Le Kanem est au centre-ouest du Tchad et longe la frontière avec le Niger.
C’était un affrontement d’une rare violence, nous avons opéré un repli tactique vu les circonstances.
Dans cette image diffusée par l’armée tchadienne le 18 avril, des rebelles présumés appartenant au Fact sont faits prisonniers suite à des affrontements avec des soldats à Nyze, dans le Kanem, le 17 avril.
Les affrontements se poursuivent dans la province du Kanem où s’est déjà déroulé une bataille samedi après-midi 17 avril. Les forces armées tchadiennes sont aux prises depuis une semaine avec des colonnes rebelles du Fact, le Front pour l’alternance et la concorde, pour les entrées au nord du pays depuis leurs bases arrières de Libye il y a une semaine.

Dans une interview accordée à RFI en exclusivité, le chef du Fact Mahamat Mahadi Ali a reconnu que ses colonnes avaient dû opérer « un repli stratégique ».

Selon nos informations, les combats auraient continué dimanche et jusque dans la matinée de ce lundi 19 avril. Des affrontements qui se seraient déroulés près de la ville de Nokou, à quelque 50 kilomètres de Mao, la capitale de la province de Kanem. Le Kanem est au centre-ouest du Tchad et longe la frontière avec le Niger.

C’était un affrontement d’une rare violence, nous avons opéré un repli tactique vu les circonstances.

Mahamat Mahadi Ali, chef du Fact
Esdras Ndikumana

Selon le chef du Fact, le gros des troupes se trouveraient désormais plus au nord, sans plus de précisions. Il déclare « réfléchir à leurs prochaines actions ».

Autre élément, selon une source indépendante, des rescapés des récents combats auraient été aperçus au sud du Kanem, dans la région du lac Tchad tentant de gagner la frontière avec le Niger.

Dans son interview, Mahamat Mahadi Ali accuse la France d’avoir donné l’avantage à Déby dans ces combats. Selon lui, les vols de reconnaissances incessants, opérés jour et nuit ont constitué une intervention directe et déterminante dans le conflit.

L’aviation française nous survolait jour et nuit. (…) Ils ont toutes les informations, les déplacements, la nature des armes, le nombre des hommes, le nombre de véhicules. Si ce n’est pas un avantage, qu’est-ce qu’un avantage alors ? C’est une intervention directe.

RFI Afrique

1743 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire