Réunies le 29 mai à la Maison nationale de la femme, 11 organisations féminines dont le Conseil national des femmes leaders du Tchad (CONAF), la Cellule de liaison et d’information des associations féminines (CELIAF), le Réseau des femmes africaines ministres et parlementaires du Tchad (REFAMP/T) constatent la non application des textes exigeant le quota de 30% accordé aux femmes dans les fonctions nominatives et électives. Elles interpellent le gouvernement au respect des textes.

 

Ces organisations rappellent que la mise en œuvre de cette disposition légale a été promise par le président Mahamat Idriss Deby pendant la transition et la campagne pour la présidentielle du 6 mai.

“Malgré l’avancée notoire en matière des droits des femmes, œuvre des hautes autorités du pays, nous avons constaté que le premier gouvernement de la cinquième République du 27/05/2024 comprend seulement 8 femmes sur 35 membres soit 22,35%, taux largement en dessous du quota prévu par la loi’’, déplorent-elles.

L’application des textes permettrait, soutiennent-elles, de “cheminer progressivement vers une réelle parité dans les fonctions nominatives et électives’’.

Tchadanthropus-tribune avec Tchad info

344 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire