Au Tchad, la démocratie est bafouée, et les prochaines élections présidentielles sont d’ores et déjà compromises à cause des faits des acteurs du parti au pouvoir MPS.

Le dictateur tchadien Idriss Déby Itno embastille toute réunion de l’opposition démocratique, et celle de la société civile au nom du Covid-19, et pourtant, lui et ses partisans battent campagne depuis plusieurs semaines.

Toutes les demandes de réunions et d’organisation des acteurs politiques du pays sont interdites par le ministère de la sécurité instruit par le dictateur lui-même.

  • Où sont les partenaires du Tchad, ceux qui osent toujours critiquer les faits de l’opposition quand la population a ras-le-bol et menace de se soulever ?
  • Où sont ceux qui se prévalent les garants de la démocratie au Tchad tonnant et vociférant dès que Déby est toisé, depuis leurs canaux de communication ?
  • Où sont l’Union européenne et les observateurs qui se disent garants des processus électoraux au Tchad ?

Notre pays ne peut continuer d’être pris en otage de cette manière par une dictature qui sur joue sur les sentiments de peurs d’une population complètement au désarroi.

L’injustice ne peut éternellement continuer en acceptant dans la fatalité ce qui se produit dans notre société. Les Tchadiens doivent absolument instaurer la justice à tous les niveaux. Le silence éternel ne peut que conduire et produire encore davantage les imperfections démocratiques que nous voyons, et la dictature ne fera que perdurer tendant vers la monarchisation du système politique. Car, sachant que le peuple a peur, Idriss Déby lui oppose sa milice (DGSIIE) dès qu’un tchadien osera de lever le doigt.

Pendant que le régime dictatorial instaure la peur dans l’injustice, le dictateur tchadien sillonne le pays accompagné de sa miss Tchad (ministre de la femme – Pricillia Longo) pour distribuer des miettes à la population des provinces, en dépoussiérant des projets dont les financements ont été détournés et dont la pose de la 1ère pierre est même délabrée (ex. hôpital à Abéché). Idriss Déby use et abuse de la démagogie en utilisant les moyens de l’État alors qu’il n’a pas le droit en période de campagne électorale.

Pire, au moment où les syndicats sont vent débout pour revendiquer leurs droits et demander l’exécution des promesses faite par le gouvernement d’Idriss Déby, le dictateur n’a pas trouvé mieux de leur exposer son nouvel avion qu’il vient d’acheter. Un jet d’une vingtaine de places qui couterait au bas mot plusieurs milliards de nos francs.

Voilà l’inégalité des sens, voilà l’injustice qui explique qu’on en a cure des douleurs du peuple. Dans notre pays, et avec ce régime, tout est bling-bling et arrogance. Le régime MPS est le plus prédateur depuis l’indépendance du Tchad, et cela continuera tant que les Tchadiens unis dans l’action n’iront pas ensemble dire non à toutes ces pratiques.

« Par Dieu, réveillez-vous »

Tchadanthropus-tribune

1020 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire