Le Conseil Militaire de Transition a mis sur pied le Conseil national de transition, mais une base de mécontents commence à s’identifier.

La junte militaire met en place son Conseil national de transition, une sorte de parlement provisoire. Pour certains c’est juste une caisse de résonnance sans plus. D’ailleurs pour les Tchadiens, l’ancienne Assemblée nationale a servi plus dans cette démarche que pour le bien être des Tchadiens. Haroun Kabadi ne pourra pas dire le contraire.

Selon certaines indiscrétions, la composition de cette équipe (CNT) n’a pas obéi aux critères demandés malgré la feuille de route arrêtée par le comité ad hoc pour procéder à la sélection des dossiers.

Le mécontentement est aujourd’hui très visible et généralisé au sein de la population, et dans presque toutes les régions qui espéraient voir un représentant dans la liste. Est-ce que le président de la transition Mahamat Idriss Déby a été grugé, trompé, en lui présentant une liste hors cadre ?

De source bien informée, l’on a choisi certains grabataires, et des jeunes inexpérimentés pour constituer une brigade d’applaudissement et expédier la liste.

La liste des membres du CNT aurait été concoctée entre Haroun KABADI, encore celui-là, et Hamid Koua devenu l’éminence grise du CMT, avec la bénédiction du grand manitou de la présidence.

C’est un secret de polichinelle, car d’après les mêmes indiscrétions le Président du CMT est grugé, et on lui fait avaliser tout ce qu’on lui présente sans la moindre réflexion.

Au sein de l’ex-parti d’Idriss Déby, le MPS, c’est le désarroi total. Le clientélisme et le népotisme que le MPS a érigé en système de gouvernance lui reviennent en pleine figure. Les trucages qui sont devenus les critères de nomination lui dépassent et échappent à sa guise.

De l’avis d’un observateur avisé proche du courant MPS, il affirme qu’à l’heure où les choses se passent, le MPS est appelé à disparaître tant le mécontentement est généralisé. Ce parti est habitué à être nourri des prébendes, et aujourd’hui il n’y a plus de socle capable de lui garantir l’essence maléfique des trafics. Tant pis, et à dieu, aucun tchadien ne pourra regretter sa disparition… Le bonheur du Tchad et des Tchadiens doit exister ailleurs.

Tchadanthropus-tribune

615 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire