C’est par un communiqué de presse signé par François Djekombé, le président national de l’USPR, un parti de l’opposition démocratique, indique que cette persécution s’explique par le fait que ces organisations politiques, syndicales et de la société civile n’avaient pas accepté de cautionner la mascarade du forum national inclusif qui consacre dit-il une monarchie constitutionnelle à travers l’instauration d’une vice-présidence au Tchad par leur participation.

Selon l’USPR, cette persécution se traduit par la filature des hommes politiques de l’opposition et l’occupation de certains de leurs sièges, en plus de la répression sauvage des militants du parti les transformateurs le 5 novembre dernier à leur siège, ne saurait se justifier.

Le communiqué de précise que le régime dictatorial de Déby est pris au mot quant à la liberté et à la démocratie qu’il prétend apporter aux Tchadiens. Pour l’USPR, ce qui fait paniquer le régime MPS c’est le forum citoyen en préparation auquel L’USPR prendra activement part. Aussi l’USPR met en garde le régime et ses forces de l’ordre, connus pour leur brutalité, contre toute tentative de faire échec au forum citoyen dont la tenue est imminente.

Si le régime tente d’empêcher la tenue de ce forum, l’USPR exhorterait toutes les forces vives à une vaste coalition jamais organisée au Tchad pour descendre massivement dans la rue et exiger la restauration de notre démocratie en péril prévient le communiqué.

LE MOUVEMENT CITOYEN LE TEMPS SE DIT INDIGNÉ FACE À L’ASSIGNATION À RÉSIDENCE ET À LA FILATURE ACCRUE DES LEADERS POLITIQUES ET SOCIAUX DU TCHAD.

Le mouvement citoyen le temps à travers son chargé de communication et des relations extérieures Louekoi Serges, se dit indigné par la restriction de réunion qui est imposée aux partis politiques, syndicats et sociétés civiles ayant boycottés le forum inclusif et qui s’apprêtent à organiser un forum citoyen avec la participation de la diaspora tchadienne partout dans le monde.

Selon le mouvement citoyen, cette restriction est accompagnée d’une assignation à résidence surveillée pour les uns, et d’une filature accrue pour les autres.

Le Mouvement citoyen dit condamner cette pratique dictatoriale et invite le gouvernement à libérer l’espace démocratique en levant immédiatement les cordons devant les sièges des partis, Les Transformateurs, l’UNDR et le PLD ainsi qu’aux domiciles des leaders politiques.

C’est d’ailleurs dans la fabrique des suspicions que le chef de département de l’université du roi Fayçal fut suspendu de ses fonctions pour le simple fait qu’il est par ailleurs secrétaire général adjoint du syndicat des enseignants. Mr Hassabaldaim Adam Djaram paye cash sa participation à la grève des enseignants dernièrement à N’Djamena.

Il faut noter que le régime Déby prend peur de l’expression populaire des Tchadiens qui viendront surement contredire le factice assemblé de son forum in (ex) clusif mis en place par les hommes de son parti MPS. Il apparait clairement que le régime n’aime pas les contradictions.

Tchadanthropus-tribune

446 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article