Il y a quelques jours, un prisonnier à l’intérieur de la prison d’Amsinéné a fortuitement organisé son évasion avec le concours de ses parents depuis l’extérieur, qui ont réussi grâce à leur influence et complicité, à faire introduire une arme qui lui était destinée.

Au jour J le prisonnier en question passa à l’attaque et blessa un gendarme de plein fouet, mais par malheur à lui, la réplique des gendarmes en faction lui causa aussi plusieurs blessures sur la jambe gauche.

Transporté à l’hôpital, le prisonnier qui a raté son évasion se trouva avec une jambe amputée. Les gendarmes blessés ont été aussi soignés le plus rapidement possible. Mais plus graves encore, les parents de ce prisonnier demandent au ministre de la Justice Djimet Arabi d’instruire le procureur de la république afin que le gendarme qui a tiré sur le prisonnier fuyard soit arrêté et envoyé en prison.

Dans ce pays, notre pays est complètement pris en otage. Il y a des gens qui croient qu’ils ont le droit de vie ou de mort sur tout tchadien, et quand même ils ont tort, ils demandent à ce qu’on punisse les autres. L’autorité de l’État doit prévaloir, et que ceux qui ont la responsabilité de ce pays ne tergiversent pas avec l’autorité de l’État. Comme hier, il faut le dire que le gendarme en faction à la prison d’Amsinéné est bel et bien en mission de l’État. Il ne doit pas être sacrifié pour plaire à l’humeur d’un quidam, qui sait clairement que son acte est hors la loi.

L’impunité dans ce pays rend certains individus ivres des largesses de ce régime. Cette impunité laisse n’importe qui à se prévaloir d’un certain acquis, à savoir saper les lois de la république. Dans un pays de droit, rien de pareil ne pourra éclore, laissant la population seule victime de l’injustice grandissante de ceux qui s’identifient au MPS, à Bamina, à Idriss Déby, à leur communauté pour marginaliser les autres tchadiens.

L’injustice ne fera que grandir l’insurrection.

Tchadanthropus-tribune

728 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article