Le Conseil National de Transition, a voté le projet de loi portant création de la Manufacture d’Equipements et de Maroquinerie (MANEM), par 152 voix pour, 5 abstentions et 2 contres. La MANEM a pour objectif la fourniture d’équipements, d’autres effets d’habillement, des chaussures et des attributs de la tenue militaire des forces de défense et de sécurité, aux paramilitaires, etc.

 

Face aux préoccupations des conseillers nationaux sur le fonctionnement de l’ancienne Manufacture d’équipements et maroquinerie (MANEM), qu’en est de sa liquidation, son impact dans l’économie tchadienne, des garanties dont elle dispose pour que les produits issus de son exploitation ne se retrouvent pas ailleurs…

 

Le ministre des Armées, des Anciens combattants et des Victimes de guerre, Daoud Yaya Brahim, est resté serein et droit dans ses bottes, en bon militaire pour répondre aux différentes questions et/ou préoccupations des conseillers nationaux à l’hémicycle. “L’ancienne MANEM a bel et bien mené des activités relatives à la confection des tenues et d’autres effets militaires conformément à ses missions mais elle a été confrontée à plusieurs difficultés d’ordre financier et de concurrence déloyale par la multiplication des canaux frauduleux d’importation des tenues militaires par des particuliers”, reconnaît Daoud Yaya Brahim.

 

Pour le ministre des Armées, l’impact de la MANEM dans l’économie nationale est incontestable d’autant plus qu’elle paie des salaires à ses employés et paie également des impôts au trésor public. “La MANEM compte lutter contre tout acte frauduleux grâce à la mise en place de trois brigades de répression prévues dans le projet”, explique-t-il. Quant aux modalités de recrutement à la Manufacture d’équipement et de maroquinerie, défend Daoud Yaya Brahim, il se fera par voie de concours et les résultats attendus, rassure-t-il, c’est d’assurer l’uniformité des forces de défense et de sécurité.

 

Enfin, indique le ministre des Armées, des Anciens combattants et des Victimes de guerre, c’est pour répondre aux besoins des forces de défense et de sécurité que le gouvernement a pris l’initiative de créer la nouvelle MANEM afin de mettre à leur disposition des équipements idoines pour leur permettre de remplir efficacement leur mission à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. “Pour cela, le gouvernement a tenu compte de la reforme de l’armée qui est une des recommandations du Dialogue National Inclusif et Souverain (DNIS) en créant deux brigades de répression pour contrecarrer le commerce illégal des équipements militaires sur le marché national. Et la Manufacture d’équipements et de maroquinerie apparaît comme une solution idéale pour booster l’économie et absorber le chômage”, fait entendre Daoud Yaya Brahim.

Le Tchadanthropus-tribune avec Tchad info

2359 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire