La délégation tchadienne conduite par le président de la transition est rentrée à N’Djamena avec plein de promesse et d’accord de coopération signée.

Selon nos informations au sein de la délégation sur place avant son retour au Tchad, l’horizon s’éclairci un peu. Quelques signatures de coopération entre les deux pays, et des promesses de participation sur l’aspect financier du dialogue.

D’après nos sources, pendant le séjour de la délégation tchadienne, quelques membres, usant de leur proximité communautaire, avaient pris langue avec le président de l’UFR afin de permettre une rencontre avec le président de la transition. La bonne volonté de ces personnes a été refroidi par l’équipe de Mahamat Idriss Déby qui affirme que le cas des politico-militaires est géré par un comité technique dirigé par l’ancien président pro-libyen de l’époque Goukouni Weddeye.

Les conseillers de Mahamat Idriss Déby justifient ce refus poli par le fait que si le président de la transition accorde une audience à Timan Erdimi, cela se verrait comme un avantage accordé à une des parties politico-militaires au détriment des autres. C’est ainsi qu’aucune rencontre n’a eu lieu entre le chef de l’UFR et le président de la transition.

Mais… fort de l’harmonie des échanges entre les Qataris et les Tchadiens, l’épineux problème TOM Erdimi fut posé. Mahamat Idriss Déby aurait demandé l’intervention des Qataris, de pouvoir intercéder auprès de leurs homologues Égyptiens afin de libérer TOM Erdimi. Une demande complexe quand géopolitiquement on sait l’humeur politique entre ces deux pays (Qatar-Égypte) qui s’opposent indirectement sur plusieurs aspects militaires et politiques.

Sur l’affaire TOM Erdimi, à N’Djamena, encore parents et amis se sont réunis au domicile de l’universitaire pour faire le point. Des recommandations ont été émises, notamment mettre la pression sur Mahamat Idriss Déby et Kogri Ahmed le DG de l’ANS.

Politique et dialogue inclusif.

Dorénavant, tous les yeux seront tournés vers la communication que ferait le CMT sur le choix du pays qui pourrait accueillir ces pourparlers entre les politico-militaires. Le Nigéria, l’Égypte, La Turquie, et le Qatar tous sollicités, et les 3 derniers pays cités ont tous donnés leurs approbations, reste maintenant le Qatar.

Avant le déplacement de cette rencontre de Doha au Qatar, à N’Djamena le comité technique mise sur place élabore son staff et dégage un cahier de charge pour les rencontres à venir avec les politico-militaires. Ce comité met en place un organe de communication à sa tête l’ex-ministre Allamine Bourma Treyé.

Le Drian au Qatar.

Une pure coïncidence d’après une officine française. Rien à voir avec la visite de la délégation tchadienne à Doha, mais le timing laisse interrogateur.

Le ministre français serait venu à Doha pour demander que les Qataris s’occupent des collaborateurs afghans laissés sur place à Kaboul, mais… rien ne peut éluder Le Drian de foutre son nez dans les affaires, lui qui est connu pour ses micmacs intolérables avec les dictatures en Afrique.

Le temps passe, et rien n’est clair…

Toutefois, la partie tchadienne devrait commencer à déployer son agenda, ayant fini avec le dernier point arrimé au Qatar. L’échéance 18 mois arrive à grand pas, tant sur place la mission première confiée au ministre d’État Acheikh Ibn Oumar s’est scindée en plusieurs tentacules.

Il y a le ministère à la réconciliation et au dialogue qui initie son projet avec les résultats qu’on connait. Il y a aussi le comité technique qui élabore sa stratégie, lui-même en son sein plusieurs personnes membres de ce comité qui consultent hors cadre, de manière particulière. Il y a de l’autre côté le conseiller au dialogue rattaché à la présidence qui consulte et remonte ses fiches, mais de tout cela rien n’apparait de clair pour ceux avec lesquels on veut dialoguer.

Entretemps, les appétits des uns s’aiguisent, les calculs des autres apparaissent clairement, mais le temps passe.

Il faut maintenant se décider. Le calendrier s’il vous plait.

Tchadanthropus-tribune

896 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire