Bangui, 28 janvier 2022 (Corbeaunews – Centrafrique) – Après le Mali et le Burkina Faso, c’est le tour du Tchad. Avec la complicité de Monsieur Mahamat HAMDAN DAGALO, premier vice-président soudanais, du professeur Faustin Archange Touadera, chef de l’État centrafricain et de certains opposants rebelles tchadiens, les mercenaires russes ont installé deux bases d’entrainement et de formation des rebelles tchadiens à l’extrême nord-Est de la République centrafricaine. L’objectif, sauter par force le Président tchadien Mahamat Deby. Le détail.

Si la Russie tente d’étendre son influence sur le continent africain en déstabilisant les régimes démocratiques ouest africain, ce n’est pas le cas pour la République du Tchad. Ce pays d’Afrique centrale, fragilisé par plus de quatre décennies de guerre, est dirigé par le général Idriss Mahamat Deby qui succède à son père-Président Idriss Deby, tué dans une attaque des rebelles tchadiens en avril 2021. Mais pour les autorités russes, il est temps que Mahamat Idriss Deby, considéré comme un pur produit français en Afrique centrale, soit lui aussi destitué, et elles se préparent en conséquence. C’est ainsi que le vice-président soudanais, Monsieur Mahamat HAMDAN DAGALO, proche ami du patron de Wagner EVGUENY PRIGOSINE, et le Président centrafricain Faustin Archange Touadera, avec la complicité de certains chefs rebelles tchadiens, les mercenaires russes de la société Wagner ont installé au nord-Est de la République centrafricaine deux bases militaires, regroupant des milliers des rebelles tchadiens.

Cependant, la semaine dernière, le vice-président soudanais Mahamat HAMDAN DAGALO, qui est aussi chef d’une milice soudanaise appelée « DAMASSARI », force d’intervention rapide en français, a dépêché, depuis Khartoum, capitale de la République du Soudan, 110 pick-up lourdement armés à destination du Nord de la République centrafricaine.

Selon Monsieur Mahamat HAMDAN DAGALO, le but de cette mission serait de fermer la frontière soudanaise avec la RCA, mais en observant leur tactique et les mouvements de ces véhicules, c’est pour le ravitaillement des rebelles tchadiens en armes et minutions.

Ces éléments soudanais sont entrés sur le territoire centrafricain en deux groupes : le premier par Amdafock et le deuxième par Amdoukoun, à côté de Tissi. Ils sont rentrés jusqu’à 60 kilomètres dans le territoire centrafricain.

Position des bases des rebelles

Sur le territoire centrafricain, la première base des rebelles est située à 35 kilomètres à l’ouest de la ville d’Amdafock, dans la grotte de « Hadjar Fana », sur la route qui mène au village Terfel.

La deuxième base des rebelles tchadiens sur le territoire centrafricain est située vers la zone de Chinko, juste au triangle entre les deux soudans et la République centrafricaine.

Selon certaines informations recueillies dans ces localités, certains mercenaires soudanais sont également recrutés parmi ces rebelles tchadiens, et ils comptent progresser vers Ndjamena avant cet été, au même moment que d’autres rebelles qui seront en provenance du nord du Tchad.

Pour les Centrafricains, offrir une base arrière aux rebelles d’un pays ami et voisin, Touadera est en train de se mêler dans une affaire criminelle et très dangereuse avec des conséquences très graves pour son peuple et son pouvoir.

Le droit de poursuite pour le Tchad ira très loin alerte.

 

Par Gisèle MOLOMA

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Corbeaunews

2922 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire