De source autorisée, les services des renseignements généraux à N’Djamena fonctionnent à plein régime en arrêtant uniquement les ressortissants Goranes du Kanem et du Bahr Ghazel.

Dans une investigation menée dans les différentes cellules des renseignements généraux à N’Djamena, une équipe a recensé plus de 80 personnes arrêtées sur une base de dénonciation au faciès.

Depuis l’opération militaire menée par le mouvement politico-militaire FACT dans la région du Kanem, les ressortissants du Kanem et du Bahr El Ghazel vivent dans la terreur des fausses dénonciations et calomnies.

Une rafle au quotidien est constamment effectuée au sein des jeunes, avec l’alibi de partance de ces jeunes vers la rébellion armée. Des hommes d’affaires, des commerçants sont portés à l’index et leurs véhicules assez souvent confisqués.

Pourquoi ce dilemme?

Les rébellions au Tchad ont toujours eu des origines éparses, jamais un régime quelconque n’a indexé une communauté comme le fait aujourd’hui le CMT.

D’après nos sources, c’est le DG et son adjoint Abdelaziz Bichara alias Tamara serait à l’œuvre vrai ou faux, le constat au RG est fait. Certaines langues disent que les RG se substituent complètement à l’ANS, dans les arrestations des citoyens.

Le Tchad ne peut être constamment un pays d’injustice, car en continuant de la sorte on ne pourra que frustrer une partie de nos compatriotes, qui un jour, diront la vérité.

Tchadanthropus-tribune

2258 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire