Ce jour Idriss Déby était entré dans une colère noire. Le centre des écoutes tant plébiscité par les sbires de la dictature MPS est tombé en panne. Une panne diligentée par le responsable du coin. Un certain Gaucher (BOYALNGAR GAUCHER), un surnom d’emprunt comme on en entend souvent.

 

Le matériel dédié au centre d’écoute aurait couté très cher à l’État tchadien. Plus de 5 millions de dollars, commission comprise, dépensés par Idriss Déby pour acquérir des machines permettant d’écouter les allées et venues des rebelles tchadiens en mouvement, ou encore, toute insurrection en gestation à l’intérieur du pays. La coopération émise avec des Israéliens dans le privé aurait permis de brider l’application Viber sans plus. Mais selon un correspondant bien outillé dans le secteur, seuls les téléphones portables directs et les appareils fixes mis sur écoute, qui sont écoutés à travers des mini-cassettes rechargeables sur des clefs USB. Beaucoup de Tchadiens furent terrorisés et déstabilisés par ces écoutes souvent admises comme un effet de psychose.

 

Donc, c’est ce matériel-là qui fut saboté, au dire des agents travaillant sur place. BOYALNGAR alias Gaucher est un ancien coucou de l’ANS, mis en place sous la direction de Mahamat Ismaël Chaïbo.

 

Selon la même source, la fiche technique envoyée a Idriss Déby exprime une remarque de non-satisfaction à l’endroit du DG actuel de l’ANS Kogri Ahmed, un fonctionnaire du système identique aux autres, connus depuis longtemps. Oreille rouge (Kogri Ahmed) aurait encaissé le coup en identifiant le sujet et la colère de Déby, qui aurait instruit de très vite remettre les machines en marche.

 

Pire, un autre problème mine l’ANS. La source de notre rédaction admet que les renseignements tchadiens doivent plus de 500 millions de FCFA à l’hôtel (chez Wu). C’est dans cet hôtel que tous les anciens DG de l’ANS (Esmaat & Djiddi) hébergent les opposants fraichement ralliés au système Déby. Pourtant, s’il y avait une bonne gestion, cette dette allait être couverte, mais le budget alloué à cela serait détourné par ces ex-DG (Esmaat & Djiddi), puisque diton c’est pendant la gestion de ces deux DG que la dette fut constatée. Sinon, comment fait-on avec le budget illimité que reçoit l’ANS de l’État tchadien ? Des sommes colossaux qui viennent se greffer sur le budget général de l’État.

 

Un correspondant qui exige l’anonymat travaillant pour le même secteur avoue, “ L’ANS ne travaille pas pour la sécurité de l’État et des Tchadiens. Tout le travail est orienté pour défendre Idriss Déby, son pouvoir, sa femme et leurs familles “. Voilà un pan de gestion où l’argent des Tchadiens est vivement détourné.

 

Tchadanthropus-tribune

2452 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article