Après les autorités françaises, certains parlementaires britanniques se mobilisent quant à la présence russe en Afrique. Membre de la chambre des lords, Michael AncramMarquess of Lothian, a demandé le 16 janvier au Foreign & Commonwealth Office (FCO) les informations dont il dispose sur les plans d’installation de bases militaires russes en Afrique. Ancram s’inquiète notamment d’une telle implantation au Zimbabwe.

Michael Ancram, membre de l’éminente Intelligence & Security Committee (ISC) du parlement, préside Middle East Consultants International (MECI), un cabinet de conseil et d’enquête qui rassemble d’anciens fonctionnaires du FCO (IOL nº 743).

Le Royaume-Uni se réveille alors que la percée russe touche les pays de sa zone d’influence. Paris avait commencé à s’alarmer dès l’arrivée, début 2018, de coopérants sécuritaires russes de la galaxie Wagner et du renseignement militaire, le GRU, en Centrafrique. Ils ont aussi été aperçus en Érythrée, en République démocratique du Congo (RDC), au Soudan et de plus en plus en Libye, aux côtés des forces du maréchal Khalifa Haftar. Des contacts ont également été pris au Tchad (IOL nº 809).

Tchadanthropus-tribune avec Confidentiel stratégique

631 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire