Il faut être aveugle pour ne pas voir que depuis plusieurs années, certains cadres au sein du régime MPS entretiennent le conflit entre diverses communautés, lésant les tributs arabes dans la région du Salamat. 

Avant la nomination d’un parent d’Idriss Déby (Daoud Sandal Mahamat Itno) comme commandant de la zone dans la région et un certain colonel Abakar, la même politique de discrimination contre les tributs arabes a eu pour conséquence des crimes horribles parmi les Arabes, souvent pour apaiser leurs maigres consciences, les décideurs accusent ces derniers de rejeter systématiquement les autres communautés sans azimuts. Certains dans leurs haines maléfiques, transposaient le conflit du Darfour voisin sur une région qui vivait en paix avec ses fils et filles, mais hélas… Depuis lors, certaines communautés (Dagal et Kibet) ont été montées sur des optiques minoritaires pour provoquer et commettre des crimes sur les tributs arabes de la région. Pire, les autorités jouent sur les facteurs agriculteurs et éleveurs pour souffler sur la braise. 

Il faut à toute épreuve provoquer ceux-ci les poussant à réagir, et avec la complaisance des autorités locales brimer ceux qui réagiront pour demander réparation.

Dans la journée de mercredi dernier, des autochtones non arabes ont massacré un homme de la communauté Missirié sur sa monture. Ils l’ont mutilé découpant son corps en petits morceaux y compris sa monture en implantant à côté du corps mutilé le drapeau du MPS.  

Constant ce cas morbide, les Missiriés ont alerté les autorités, et la gendarmerie, mais face à la non-réaction des autorités sur place, les tributs arabes se sont rassemblés pour se venger. Il s’en suit alors une bataille rangée causant plusieurs morts (10) et plus de 20 blessés graves dont certains auraient succombé de leur blessure.

Joint par la rédaction, un correspondant sur place accuse les autorités administratives (le SG Djiddo Ali Abatcha, le gouverneur Yambaye Abel et le commandant de la zone militaire Daoud Sandal Mahamat Itno) d’être les responsables complaisants des conflits intercommunautaires. Selon la même source, ces autorités citées peinent à régler les conflits mineurs entre diverses communautés, mais au demeurant elles se rangent toujours envers une des parties créant une frustration profonde au sein d’une des communautés et c’est ainsi que les conflits naissent. Le SG Djiddo Ali Abatcha serait même accusé par une bonne frange de la population locale d’être le pyromane pompier dans plusieurs conflits déchirant les fils de la région.  

Plusieurs personnes des tributs arabes assassinés par balle seraient l’œuvre de Daoud Sandal Mahamat Itno, généralissime de l’armée et commandant de la zone militaire d’Amtiman, au sein des tributs arabes il est désigné comme le principal responsable de la mort de leurs parents dans le conflit actuel entre Mouraye, Alkouk et Siheb. Tout comme plusieurs (7) notables sont mis aux arrêts (ABBA Issa Hamit Doutoum, Alhassana, Khalifa Mado, Hissein sihessil) sans que les autorités puissent établir leurs culpabilités dans l’affaire.

Depuis janvier dernier à aujourd’hui, plusieurs conflits intercommunautaires ont été signalés dans la région, mais aucune autorité n’a réagi en amont pour éteindre les étincelles couvant. C’est toujours après l’incendie que les autorités interviennent, et souvent pour mettre l’huile au feu, au lieu de régler les problèmes dans son épicentre connu.

À l’instar des autres régions du Tchad, les autorités de notre pays doivent sincèrement chercher à régler les problèmes intercommunautaires au lieu de les attiser pour chercher à tirer profit des situations.

Tchadanthropus-tribune

1505 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire