Ceux qui sont sur le terrain ne suivent pas dans les normes les orientations du ministre.

Il a fallu plusieurs descentes dans les hôpitaux de la capitale pour se rendre compte qu’il n’y a pas de tableaux de bords permettant de suivre dans les termes les consignes et les orientations du ministère et de certains responsables. Un problème de suivi s’impose sur des équipements qui sont arrivés depuis juin 2020 et leur installation pose un problème. On parle de plusieurs milliards qui sont partis en fumée.

Le ministre de la Santé publique et de la solidarité nationale Dr Abdoulaye Sabre Fadoul a visité successivement ce lundi 13 décembre 2021, les hôpitaux de la Renaissance, Farcha, la Reference nationale et le magasin du ministère.

Cette visite consiste à s’assurer si les locaux devant abriter les nouveaux équipements acquis sont construits ou refaits et les aspects techniques qui y sont liés sont également concrétisés.

Partout où le ministre et les responsables techniques étaient passés, le constat est alarmant.

La réalisation des travaux a manqué de tact et les locaux ne répondent pas aux normes exigées pour abriter les nouvelles machines notamment les scanner, les laboratoires ou encore les centrales de production de gaz.

Les entreprises sont sommées pour rectifier et corriger les failles dans un bref délai afin de permettre l’installation rapide des machines pour faciliter la tâche aux spécialistes censés répondre aux sollicitations des usagers de services de santé.

Il y a des matériels qui sont acquis depuis plus d’un an et d’autres depuis 8 mois pour renforcer les capacités techniques des structures sanitaires a l’exemple des scanners dont les accessoires ont manqué, ceux de production de gaz ou les groupes électrogènes destinés aux districts sanitaires et les travaux de réfection ne sont pas encore achevés.

Le ministre s’est étonné que des centaines des millions sont déboursés pour l’achat des machines mais le circuit administratif rend la suite difficile parce que les sommes moins importantes pour l’installation ne sont pas toujours considérées par le service concerné et les équipements sont exposés aux intempéries sans tenir compte des besoins des hôpitaux sans également accorder de l’importance aux efforts colossaux déployés par les plus hautes autorités du pays pour assurer le bien-être sanitaire des populations.

Dr Abdoulaye Sabre Fadoul a souligné que toutes les parties prenantes seront convoquées pour remettre les pendules à l’heure.

Tchadanthropus-tribune

867 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire